BFMTV

Hommage national aux Invalides aux soldats français morts en Espagne

François Hollande a remis à titre posthume la Légion d'honneur aux neufs soldats français morts en Espagne.

François Hollande a remis à titre posthume la Légion d'honneur aux neufs soldats français morts en Espagne. - Stéphane de Sakutin - AFP

François Hollande a présidé mardi matin, dans la cour de l'Hôtel national des Invalides, la cérémonie d'hommage aux neuf militaires français morts dans le crash d'un F-16 grec sur une base espagnole.

"Notre pays est une nouvelle fois en deuil, notre armée est dans l'épreuve, l'armée de l'air est sous le choc". C'est sur ces mots de François Hollande qu'a débuté mardi matin l'éloge funèbre prononcé par le chef de l'Etat en hommage aux neuf militaires français tués la semaine dernière dans le crash d'un F-16 grec sur une base espagnole.

"Chaque jour, notre armée de l'air démontre qu'elle fait partie des meilleures du monde", a affirmé le président de la République, qui a pris soin de trouver un mot pour chacun des disparus. "Ces aviateurs défendent loin de chez nous les valeurs de la République", et "ils luttent contre les terroristes, où qu'ils soient". Neuf cercueils avaient été disposés, au son de la Marche funèbre, au centre de la cour d'honneur des Invalides.

"Ils étaient les meilleurs"

"Ils étaient les meilleurs", a insisté le Président, rappelant les qualifications et le jeune âge des victimes. Régis Lefeuvre et Nicolas Dhez avaient 25 ans. A 30 ans seulement, le capitaine Mathieu Bigand totalisait déjà près de 1.000 heures de vol et avait été détaché dans le cadre de l’opération Serval au Mali notamment. A 29 ans, le lieutenant Marjorie Kocher, elle, s'était vue attribuer plusieurs distinctions militaires dans le cadre d'opérations en Afghanistan en Libye ou au Mali. Ils étaient des pilotes d'élite.

S'inscrivant dans l'esprit du 11 janvier, le Président a lancé: "L'unité nationale est un bien précieux, les armées y contribuent". Le Premier ministre Manuel Valls ainsi qu'une dizaine de membres du gouvernement et l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, assistaient à la cérémonie aux côtés de très nombreuses personnalités françaises et étrangères.

Une Légion d'honneur à titre posthume

Lors de la cérémonie, le Président Hollande a remis la Légion d'honneur à titre posthume à chacun des militaires tués, dont une femme. Après la Marseillaise, les cercueils ont quitté la cour des Invalides au son de la marche funèbre, de Frédéric Chopin.

Comme le veut la tradition, les voitures transportant les cercueils avaient été salués à leur arrivée sur le Pont Alexandre III, face aux Invalides, par une haie d'honneur d'anciens combattants, qui rendent ainsi hommage, depuis quelques années, aux militaires tués en opérations ou dans l'exercice de leurs fonctions.

Une cérémonie militaire d'hommage s'était déjà déroulée dans l'intimité lundi, sur la base aérienne 133 de Nancy-Ochey, où sept des neuf soldats étaient affectés.

L'avion de combat F-16 grec s'était écrasé sur la base espagnole, à Albacete, tuant onze personnes, après une panne au décollage. Il avait fauché des pilotes et mécaniciens qui s'affairaient au sol dans une boule de feu.

Outre les deux pilotes du F-16, neuf Français ont trouvé la mort dans le crash et neuf autres ont été blessés, dont cinq grièvement, de même que douze Italiens. Tous participaient à un exercice de haut niveau, le TLP (Tactical Leadership Program), en vue de missions futures au sein de coalitions internationales.

Karine Lambin