BFMTV

Hollande, sur la candidature de Macron: "L'enjeu c'est le rassemblement"

François Hollande lors d'un colloque à Paris, le 6 octobre 2016.

François Hollande lors d'un colloque à Paris, le 6 octobre 2016. - Stéphane de Sakutin - AFP

Dans une interview accordée à France24, François Hollande mise sur le "rassemblement". Interrogé sur la candidature, déclarée ce mercredi, d'Emmanuel Macron, le président de la République préfère d'abord écarter la question. "Je ne ferai pas de commentaire sur ce qui est une possible annonce".

"Mais je vais vous dire ce que je ressens", poursuit-il. Le chef de l'Etat prend donc de la hauteur, pour expliquer que l'essentiel pour la France est d'être rassemblée, évoquant en creux la gauche. "Dans le moment où nous sommes, face aux menaces qui existent, l'enjeu, c'est le rassemblement, c'est la cohésion", assure François Hollande.

"Si la gauche n'est pas rassemblée, elle ne pourra pas être au rendez-vous", juge-t-il. "Ma responsabilité, comme président de la République, et c'est comme président de la République que je présume, pas comme autre chose: pour la France c'est la cohésion, l'essentiel". Ajoutant que ce qui compte, "ce n'est pas ma personne, c'est le pays".

Candidat ce mercredi, depuis Bobigny

Ce mercredi, son ancien ministre doit se déclarer candidat à l'élection présidentielle depuis un centre d'apprentissage, à Bobigny. Emmanuel Macron le fait sans passer par le processus de la primaire de la gauche, organisée par le Parti socialiste. Il s'affranchit ainsi de la future décision du chef de l'Etat de se représenter, ou pas. 

La petite musique du rassemblement, Manuel Valls l'avait déjà jouée, depuis Tours, au mois d'octobre, appelant Emmanuel Macron, comme Arnaud Montebourg ou Benoit Hamon à se retrouver. "On ne peut pas prétendre refonder sur des ambiguïtés qu'on voudrait reproduire. J'entends les appels à la réconciliation de parfois ceux qui ont jeté l’opprobre ou divisé", répondait alors sèchement l'ancien ministre de l'Economie, selon le Lab d'Europe 1

Ivan Valerio avec AFP