BFMTV

Hollande se résout à sonder les Français

François Hollande

François Hollande - -

L'Elysée aurait décidé d'utiliser le Service d'information du gouvernement (SIG) pour réaliser des enquêtes d'opinion et de popularité. Or, le candidat Hollande s'était pourtant engagé à ne pas y avoir recours.

Alors en campagne, le président "normal" François Hollande s’était engagé à ne pas commander de sondages, une pratique onéreuse trop courante chez son prédécesseur Nicolas Sarkozy. 

Mais, las, sa cote de popularité s’enfonçant encore et toujours, la décision aurait été prise, selon Le Parisien, de revenir sur cette promesse. L’Elysée devrait ainsi signer, dans les prochains jours, une convention avec le Service d’information du gouvernement (SIG) pour commander ses fameuses enquêtes d’opinion.

9,4 millions d'euros de dépenses sous Sarkozy

Rattaché à Matignon et fraîchement dirigé par Philippe Guibert, cet organisme gouvernemental est voué à évaluer dans l’opinion les décisions du gouvernement et à adapter les campagnes de communication aux résultats de ses enquêtes.

Le sujet est loin d’être anodin puisque le quinquennat Sarkozy a coûté la somme rondelette de 9,4 millions d’euros en sondages. Pis en 2010, la Cour des comptes avait sommé l’Elysée de rembourser 369.105 euros au SIG.

Hollande et Ayrault jouent la transparence

Thierry Saussez, patron de l’office de 2008 à 2010, ironise dans Le Parisien : "Une fois de plus, ils font des annonces pour faire le contraire de Sarkozy pour ensuite se rendre compte que c’était une erreur et revenir en arrière. Bienvenue sur terre, il est temps d’atterrir !"

Le président de la République, François Hollande, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et leurs équipes jurent, de leur côté, que la pratique restera raisonnable, que les dépenses seront mesurées et que les sommes consacrées à répondre aux exigences de l’Elysée seront intégralement remboursées.