BFMTV

Hausse de la cote de popularité de Macron: un revirement inédit sous la Ve République

Le président de la République enregistre 52% d'opinions positives dans le dernier sondage Ifop pour le JDD, mais surtout réalise une progression de six points en un mois. Une situation loin de celle de ses prédécesseurs qui, une fois tombés dans l'impopularité, n'avaient pas pu se relever.

Le président de la République retrouve des couleurs. Après un début de quinquennat difficile, en raison des mesures impopulaires prises par le gouvernement, notamment sur le travail, la cote de popularité d'Emmanuel Macron connaît une embellie en cette fin d'année. Avec 52% d'opinions positives, selon le dernier sondage Ifop pour le JDD publié ce dimanche, le taux d'approbation de l'action du chef de l'Etat fait un bond de six points en un mois.

Soutenu par "tout le spectre politique"

Outre, cette remontée, cette hausse de popularité s'enregistre chez tous les Français. Chez les sympathisants socialistes, leur satisfaction augmente de 14 points par rapport à novembre. 60% des partisans des Républicains se disent satisfaits de l'action politique d'Emmanuel Macron. Et même 27% des partisans du Front national partagent cet avis. Plus 10 points en un mois. Le chef de l'Etat n'est pas le seul a bénéficier de ce regain de popularité puisque son Premier ministre, Edouard Philippe, est salué par 54% des sondés.

"Dans tout le spectre politique - il faut enlever la France insoumise et le Front national - les deux têtes de l'exécutif politique sont majoritairement soutenues et c'est assez inédit pour être souligné", confirme Jean-Philippe Dubrulle, directeur adjoint des études politiques à l'Ifop.

Avec 52% de taux d'approbation, Emmanuel Macron revient à son niveau de juillet dernier, deux mois après son élection, quand celui-ci s'établissait à 54%. Car malgré un pic de popularité à 64% en juin dernier, le président de la République rencontrait depuis une vive contestation. En août, le chef de l'Etat n'enregistrait plus que 40% d'opinions positives toujours selon le sondage Ifop pour le JDD. En septembre, elles n'étaient plus que de 30% selon un sondage YouGov pour Le HuffPost et CNEWS.

Macron
Macron © -

Une remontée inédite

Cette remontée tient désormais de l'anomalie dans l'histoire de la Ve République. Jusqu'alors, quand un président tombait dans l'impopularité, il ne s'en relevait pas. Ainsi, François Hollande enregistrait, en décembre 2012, soit huit mois après son élection, 37% d'opinions favorables. Il terminera avec 22% d'avis positifs en mars 2017. Nicolas Sarkozy avait connu le même sort: avec une cote de popularité à 52% en décembre 2007, il acheva son mandat avec 36% de bonnes opinions en avril 2012. Celles de Valéry Giscard d'Estaing, de François Mitterrand et de Jacques Chirac ne s'est jamais redressée non plus.

"Ce baromètre montre une rupture par rapport à sa longue histoire, qui avait permis de dégager une sorte de règle, selon laquelle un président impopulaire ne ressort jamais des abîmes de l’impopularité, excepté pendant les périodes de cohabitation", analyse pour Europe 1 Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop.

Si le projet politique d'Emmanuel Macron séduit une majorité de Français, ce dernier bénéficie d'une conjoncture d'unité nationale au lendemain de la mort de Jean d'Ormesson et de Johnny Hallyday. A chaque fois, le président de la République a rendu des hommages à ces deux figures populaires

Justine Chevalier