BFMTV

Euro 2016: François Hollande compte occuper le terrain

-

- - Thomas Samson - AFP

François Hollande compte bien profiter de l'Euro pour redorer son image et sa popularité. Cette compétition est aussi l'occasion pour le chef de l'Etat de rencontrer ses homologues européens.

Pendant un mois, la France accueille la grand-messe européenne du football et fait face à de nombreux défis. Outre l'évidente question de la sécurité se pose celle des grèves et des blocages qui pourraient ralentir la bonne marche des infrastructures les soirs de match. Mais pas d'inquiétude pour François Hollande, qui veut croire que "cet Euro sera réussi". Et compte sur cette parenthèse sportive pour souffler un peu.

Le président présent à tous les matches des Bleus

Pour être vu, François Hollande a décidé d'assister à tous les matches de l'équipe de France, à commencer par celui qui ouvrir le bal vendredi soir contre la Roumanie. Un programme chargé qui emmènera le président à Marseille le 15 juin et Lille le 19, sans compter les rencontres de phase finale auxquels la France participera en cas de qualification lors des phases de poule.

Par sa présence, François Hollande espère sans doute profiter de la popularité des Bleus, mais aussi rassurer. Lui qui était présent au Stade de France le soir du 13 novembre montre que malgré la menace qu'il a assuré "très haute", il n'y a aucun risque à se rendre au stade. Et puis ce sera également l'occasion de rencontrer ses homologues européens qui devraient assister aux rencontres contre le pays hôte de la compétition.

Sécurité et grèves, les deux défis

Le président avait affirmé prendre "toutes les garanties pour que cet Euro 2016 soit réussi". Côté sécurité, des mesures exceptionnelles ont été prises pour assurer le bon déroulement de la compétition qui se déroulera sous la surveillance de milliers de policiers un peu partout en France.

Sur le terrain social, François Hollande a multiplié ces dernières semaines les appels à l'accalmie, et à la fin d'une grève "incompréhensible". Après avoir reçu un premier signe d'apaisement de Philippe Martinez, patron de la CGT, le président parie sur une trêve des confiseurs qui permettrait à sa côté de popularité de souffler un peu. Même s'il l'assure en privé, il se méfie du statut de favori, en sport comme en politique.

P.A.