BFMTV

Barrage sur l'A1: Hollande justifie la non-intervention des policiers

BFMTV

François Hollande a justifié lundi la non-intervention des forces de l'ordre lors du blocage fin août de l'autoroute A1 par des gens du voyage, affirmant qu'il n'avait pas voulu risquer des vies. Dans la nuit du 28 au 29 août, une soixantaine de manifestants, des gens du voyage, avaient érigé un barrage au niveau du péage de Roye sur l'A1, une des autoroutes les plus fréquentées d'Europe, brûlant des pneus et des palettes sur la chaussée. Quatre jours plus tôt, une fusillade avait éclaté dans un camp voisin faisant quatre morts, dont un gendarme et un bébé, et trois blessés.

Les manifestants voulaient contraindre les autorités à accepter que le fils d'une des victimes de la fusillade, incarcéré pour "trafic de voitures", puisse assister aux funérailles de son père. "Est-ce qu'il fallait envoyer les forces de l'ordre faire en sorte que ces gens-là soient mis de côté avec des risques très sérieux pour leur propre vie?", s'est interrogé François Hollande, en réponse à une question d'un journaliste, au cours de sa conférence de presse.

"Cela a perturbé la circulation et c'est très dommageable, notamment par rapport à tous ceux qui revenaient de vacances, et j'en suis profondément désolé, mais le maintien de l'ordre et la sécurité est pour moi essentiel, et je ne veux jamais mettre en difficulté nos agents. Je sais le sacrifice qui a été le leur, le nombre de policiers, de gendarmes, de militaires qui payent de leur vie le service de la France", a-t-il poursuivi.

la rédaction avec AFP