BFMTV

Aulnay-sous-Bois: Hollande s'est rendu au chevet de Théo à l'hôpital Robert-Ballanger

Le président de la République est resté une demi-heure avec le jeune homme blessé, indique son entourage.

Le président de la République est resté une demi-heure avec le jeune homme blessé, indique son entourage. - Présidence de la République

François Hollande s'est rendu mardi après-midi au chevet de Théo, à l'Hôpital Robert-Ballanger d'Aulnay-sous-Bois où le jeune homme de 22 ans est soigné.

Le président Hollande s'est rendu mardi au chevet de Théo, à l'hôpital Robert Ballanger d'Aulnay-sous-Bois, où le jeune homme est soigné. Le chef de l'État est resté une demi-heure avec lui et plusieurs membres de sa famille, a-t-on indiqué dans l'entourage de François Hollande. L'entretien s'est "très bien passé" fait-on également savoir à l'Elysée.

"Je tenais à venir voir Théo ainsi que sa famille. Il a réagi avec dignité et responsabilité. La justice est saisie et va aller jusqu’au bout", a déclaré le chef de l'Etat. 

De son côté, le jeune homme a tenu à rappeler son attachement pour sa ville: 

"J’entends tout ce qui se passe. Ma ville, je l’aime et, en rentrant, je veux la retrouver telle que je l’ai quittée. Donc, les gars, stop à la guerre. Priez pour moi", a déclaré Théo. Il a aussi exhorté les jeunes à rester "unis".

Au cours de son interpellation jeudi, le jeune homme de 22 ans avait été gravement blessé par les policiers au niveau de la zone rectale, entraînant pour lui une incapacité totale de travail de 60 jours. Les quatre policiers qui sont intervenus ce jour-là ont été mis en examen. L'un pour viol, les autres pour violences volontaires en réunion.

Auparavant, en déplacement au tribunal de Pontoise, le chef de l'Etat avait lancé: "La justice (...) est garante des libertés et les citoyens doivent comprendre que c'est le juge qui les protège."

François Hollande au chevet de Théo à Aulnay-sous-Bois, le 7 février 2017.
François Hollande au chevet de Théo à Aulnay-sous-Bois, le 7 février 2017. © Présidence de la République
D. N. et AFP