BFMTV

Régionales: Manuel Valls partout sauf... aux côtés des candidats

Manuel Valls était l'invité de BFMTV et RMC mercredi.

Manuel Valls était l'invité de BFMTV et RMC mercredi. - Capture BFMTV

Au premier tour, le Premier ministre s'était largement exprimé pour appeler les électeurs à faire barrage au Front national. Depuis dimanche dernier, il continue de livrer ses consignes de vote mais uniquement dans les médias. Un choix ou une mise à l'écart par les candidats socialistes?

Au soir du premier tour des élections régionales, c'était silence radio depuis Matignon. De quoi inquiéter alors que son locataire avait mouillé la chemise avant le scrutin. Il n'aura fallu attendre que quelques heures avant qu'on entende à nouveau Manuel Valls pour faire campagne. Et depuis lundi, le Premier ministre enchaîne les passages à la télévision ou à la radio.

Lundi, le 20 heures de TF1, mercredi, la matinale de BFMTV et RMC, jeudi, un passage sur iTélé et vendredi, le 7/9 de France Inter. Un véritable marathon médiatique où le Premier ministre répète à qui veut l'entendre que le retrait des candidats socialistes dans les régions où ils sont arrivés troisièmes est indispensable pour empêcher le Front national de gagner un territoire. 

Les ministres sur le terrain

Lors de la campagne du premier tour, Manuel Valls voulait que son parti organise de grands meetings dans les régions. A son agenda, huit rendez-vous avec des candidats socialistes étaient prévus. Mais les événements du 13 novembre avaient bouleversé ce programme et le locataire de Matignon s'était affiché, seulement, aux côtés de Claude Bartolone, le candidat de la gauche en Ile-de-France.

Pour cet entre-deux tours, Manuel Valls s'est fait entendre mais pas sur le terrain. Est-ce une volonté des candidats de ne pas s'afficher au côté du chef du gouvernement que les Français sanctionneraient par leur vote? Quoi qu'il en soit, le Premier ministre a envoyé ses ministres faire le travail. Ainsi Bernard Cazeneuve était en Normandie mardi, Najat Vallaud-Belkacem à Lyon, Christiane Taubira à Créteil mercredi, et Stéphane Le Foll, après un premier meeting mardi au Mans, a renouvelé l'exercice jeudi en Bourgogne.

Nicolas Sarkozy persona non grata

Seule exception à cet entre-deux tours, Manuel Valls doit accompagner Claude Bartolone sur le terrain ce vendredi matin, pour la tout dernière journée de campagne. Le Premier ministre se rendra dans la matinée aux côtés du président de l'Assemblée nationale à Sainte-Geneviève-des-Bois, dans l'Essonne.

Si à gauche, le Premier ministre se fait petit, à droite Nicolas Sarkozy n'est pas mieux loti. En effet, le président des Républicains a été déclaré persona non grata à plusieurs meetings des candidats de son parti comme Valérie Pécresse ou Xavier Bertrand. Ils avaient fait savoir qu'ils ne voulaient pas nationaliser la campagne mais surtout que leur chef fasse fuir l'électorat de gauche avec certaines de ses déclarations.

Justine Chevalier