BFMTV

Philippe Saurel: "Il ne faut pas que la réforme territoriale devienne un dialogue de marchands de tapis"

Le maire de Montpellier, Philippe Saurel, était l'invité de BFMTV.

Le maire de Montpellier, Philippe Saurel, était l'invité de BFMTV. - BFMTV

Le maire de Montpellier, Philippe Saurel, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce mardi 18 août, sur BFMTV et RMC.

Le maire divers gauche de Montpellier, Philippe Saurel, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce mardi matin sur BFMTV et RMC. Ce dentiste de profession, qui exerce toujours "de façon anodine, deux heures par semaine" pour "conserver la pratique", est candidat aux prochaines élections régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. 

Franc-maçon, partisan de la démocratie participative, Philippe Saurel dit être ami avec Manuel Valls et avoir " de bonnes relations" avec l'actuel Premier ministre "depuis toujours". "Même si nos trajectoires politiques ne sont pas tout à fait semblables", concède-t-il. 

"Je suis pour un équilibre"

Réagissant à la désignation de la ville de Toulouse comme capitale de la nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Philippe Saurel fait remarquer que "tous les préfigurateurs, préfets, Drac, sont installés à Toulouse" et que tous les candidats des partis traditionnels "sont installés en Midi-Pyrénées". "Je suis pour un équilibre, et la seule façon de le garantir, c'est de m'impliquer dans cette élection. Il ne faut pas que la réforme territoriale, que j'ai soutenue, devienne un dialogue de marchands de tapis", estime-t-il.

"Toulouse est la quatrième ville de France. Qu'elle soit capitale régionale ne me choque pas", admet le maire de Montpellier. Avant de tempérer: "Par contre, il faut pour le Languedoc-Roussillon un certain nombre de compensations qui ne sont pas seulement le fait de l'installation de sièges d'instances. Il faut aussi une présence du pouvoir régional. Il faut que la gouvernance de la région puisse être assurée par quelqu'un du Languedoc-Roussillon".

A.S.