BFMTV

Primaire à gauche: qui est Sylvia Pinel?

L'ancienne ministre membre du Parti radical de gauche, Sylvia Pinel.

L'ancienne ministre membre du Parti radical de gauche, Sylvia Pinel. - Xavier Leoty - AFP

Ministre du gouvernement Valls de mai 2012 à février 2016, Sylvia Pinel est enfin libérée de la tutelle de son mentor Jean-Michel Baylet. La députée du Tarn-et-Garonne est la seule femme candidate de cette primaire à gauche.

Sa candidature à la primaire de la gauche mi-décembre avait surpris. Sylvia Pinel, présidente du Parti radical de gauche, avait été finalement investie par sa famille politique après le renoncement de François Hollande. Par 152 voix pour sa participation à la primaire contre 49 pour une candidature autonome (12 abstentions), le comité directeur du PRG a décidé de présenter Sylvia Pinel à la primaire de la Belle Alliance populaire, soit la gauche dite de gouvernement. 

A 39 ans, la discrète députée du Tarn-et-Garonne est une proche de Jean-Michel Baylet, indéboulonnable président du PRG pendant 20 ans dont elle a été cheffe de cabinet. Elle était apparue dans le paysage politique national en étant nommée ministre de l'Artisanat et du Commerce (mai 2012-avril 2014) puis ministre du Logement (avril 2014-février 2016) avant de quitter le gouvernement pour son mandat de vice-présidente de la région Occitanie.

Face à ses adversaires Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Vincent Peillon, François de Rugy et Jean-Luc Bennahamias, Sylvia Pinel tentera d'imposer ses idées lors des trois débats organisés avant les votes du 22 et 29 janvier.

Un programme partagé sur les "mesures Hollande"

Dans le programme défendue par Sylvia Pinel on retrouve notamment l'instauration d'un crédit d'impôt pour les contrats à durée indéterminée, un soutien à la Loi Travail du gouvernement Valls, un système de retraite par points mais aussi la suppression du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), une mesure portée par François Hollande depuis 2012. Elle entend aussi renforcer les moyens de la police, de la justice et de l'administration pénitentiaire.

La députée du Tarn-et-Garonne promeut un septennat présidentiel non renouvelable et le droit de vote aux étrangers pour les élections locales et nationales. 

Euthanasie, cannabis et collège unique

Pour les questions sociétales, Sylvia Pinel est favorable au droit à l'euthanasie et à la PMA à toutes les femmes. La candidate des Radicaux de gauche milite aussi pour la légalisation du cannabis et à sa vente en pharmacie. Un moyen selon elle de dégager 2 milliards d'euros de recettes. 

Enfin, Sylvia Pinel entend rendre l'école obligatoire à partir de 3 ans et garantir un socle d'enseignement commun dans le cadre du collège unique jusqu'à 16 ans. 2% du budget devront être consacrés à la culture.

Samuel Auffray avec AFP