BFMTV

Attentat déjoué: Asselineau estime que Fillon "doit s'en prendre aussi à lui-même"

François Asselineau, candidat UPR à la présidentielle, sur BFMTV le 18 avril 2017.

François Asselineau, candidat UPR à la présidentielle, sur BFMTV le 18 avril 2017. - BFMTV

Le candidat UPR à la présidentielle a réagi, ce mardi sur BFMTV, à l'arrestation de deux hommes soupçonnés de vouloir commettre un attentat "imminent".

François Asselineau, candidat à la présidentielle, a réagi à l'arrestation à Marseille ce mardi de deux hommes suspectés de préparer un attentat en lien avec l'élection présidentielle. Le candidat UPR a indiqué sur BFMTV que contrairement à d'autres candidats son service de sécurité n'avaient rien reçu de la part des forces de l'ordre. "Il a y une différence qui a été faite entre les candidats, ce n'est pas nouveau", a souligné le candidat UPR.

"On a découvert par la presse qu'il y avait des risques", a indiqué le président de l'Union populaire républicaine. "Monsieur Fillon qui, semble-t-il, était la cible de cette menace doit s'en prendre aussi à lui-même parce qu'il a contribué à largement désorganiser les services de renseignements", a-t-il avancé. 

"Monsieur Fillon, comme monsieur Macron, qui est le Hollande bis, sont les partisans d'une seule et même politique qui est la politique d'alignement complet sur les Etats-Unis et donc approuve les guerres illégales au Moyen-Orient, désorganise les services de police, supprime des policiers, font une politique de rigueur généralisée, en fait désorganise l'Etat", a-t-il détaillé. "Finalement ce n'est pas tout à fait anormal que l'on voit ces menaces proliférer" a-t-il insisté. "Je ne veux pas que les menaces terroristes viennent polluer la campagne", a-t-il conclu.

E. M.