BFMTV

A Bordeaux, Marine Le Pen s'en prend avec virulence aux médias

Marine Le Pen lors d'un meeting à Bordeaux le 2 avril 2017

Marine Le Pen lors d'un meeting à Bordeaux le 2 avril 2017 - GEORGES GOBET / AFP

La candidate du Front national tenait ce dimanche un meeting à Bordeaux, qui a duré plus d'une heure. Elle n'a pas épargné "les médias qui se déchaînent" pour l'atteindre, et a notamment visé BFMTV.

La candidate du FN à la présidentielle cible à nouveau les médias. En meeting à Bordeaux ce dimanche, Marine Le Pen a introduit son discours par une longue tirade contre les médias, qu'elle accuse de "tenter de l'atteindre de leurs flèches venimeuses". La candidate du Front national à l'élection présidentielle a notamment cité et fait huer notre chaîne, BFMTV.

"Le but ne sera pas de commenter avec neutralité et déontologie"

"Les médias se déchaînent pour tenter de nous atteindre de leurs flèches venimeuses. Mais vous connaissez leurs méthodes: dès la fin de la diffusion de ce meeting d'ailleurs, certaines chaînes, BFMTV sûrement, le feront commenter par un plateau d'éditorialistes dont ils savent très bien qu'ils sont des militants de longue date contre nous, contre les électeurs patriotes", a ainsi lancé Marine Le Pen.

Avant de poursuivre: "Le but ne sera pas de commenter avec neutralité et déontologie, mais de dénigrer, de caricaturer, parce qu'ils ne savent faire que cela, dès que j'ouvre la bouche. Sûrement auront-ils à peine écouté le discours. Mais plus un Français n'est dupe de cela".

La direction de BFMTV dénonce une tentative grossière d'instrumentalisation de la chaîne. Les journalistes de BFMTV travaillent en toute indépendance et continueront à le faire sans céder à ces intimidations.

Marine Le Pen s'en est également pris aux patrons de presse et aux experts. "Nos adversaires maintenant se coalisent, multipliant les injures, les menaces, les diffamations contre nous, amplifiées par la caisse de résonance des patrons de presse (...). Tout ce que l'univers médiatique compte de soi-disant experts se mobilise pour cadenasser le débat", a accusé la patronne du FN.
Me.R. et A.S.