BFMTV

Nord: au pouvoir depuis plus de 90 ans, les communistes pourraient perdre la ville de Seclin le 28 juin

La mairie de Seclin, communiste depuis plus de 90 ans

La mairie de Seclin, communiste depuis plus de 90 ans - BFM Lille

Au premier tour, le maire communiste sortant de la commune, Bernard Debreu, a été légèrement devancé par son opposant sans étiquette. Ce dernier a depuis été rallié par le troisième candidat (DVG) à la mairie.

Dirigée par le Parti communiste depuis plus de 90 ans, la ville de Seclin, au sud de Lille, pourrait bien changer d'orientation politique le 28 juin prochain. Le maire PCF de la commune, Bernard Debreu, en poste depuis 2004, est en aujourd'hui menacé dans ses fonctions par une alliance de deux de ses adjoints.

De nouveau candidat cette année, l'élu et vice-président de la Métropole européenne lilloise assure que si ses valeurs communistes restent centrales, elles ne sont pas principales dans la politique qu'il mène à Seclin depuis plus de 15 ans.

"Tout le monde sait que je suis un maire communiste, mais ce n'est pas ça dont les Seclinois me parlent, explique-t-il au micro de BFM Grand Lille. Ce qui les intéresse, c'est leur vie quotidienne, la qualité de leur vie."

Une alliance "contre-nature"

Pour mettre en avant le bilan de ses mandats, le maire sortant se dit fier d'avoir "les tarifs les plus bas pour l'ensemble de la population, que ce soit la restauration scolaire ou les centres de loisirs" ou d'avoir "une bibliothèque gratuite".

Si Bernard Debreu se dit serein pour le second tour, l'alliance surprise de deux de ses opposants du premier tour pourrait bien lui faire perdre la mairie. Une alliance que l'élu qualifie de "contre-nature":

"Il y a un adjoint qui a voté pendant 28 ans tous les budgets de la ville, et pendant douze ans, l'autre a voté contre. J'ai vraiment l'impression que c'est rien que pour une question de pouvoir et de place. Et ça, c'est pas Seclin", déplore le maire communiste.

"Rassembler sans entrer dans des clivages politiques dépassés"

Opposant historique du maire sortant, François-Xavier Cadart a rallié le candidat divers-gauche Didier Serrurier. Ex-adjoint de Bernard Debreu et avocat de profession, celui qui se dit sans étiquette mais qui siège pourtant à droite au département entend mener une liste de rassemblement.

"J'ai toujours prôné mon indépendance. Ma liberté, c'est quelque chose auquel je suis très attaché, explique François-Xavier Cadart à BFM Lille. Et c'est cette indépendance et cette liberté qui me permettent aujourd'hui de rassembler très largement sans entrer dans des clivages politiques qui pour moi sont complètement dépassés."

Malgré son opposition à Brenard Debreu, l'opposant assure proposer une séries de mesures sociales, telles qu'un revenu minimum de 850 euros, montant du seuil de pauvreté. "C'est un dispositif qui me semble indispensable", déclare-t-il.

Un deuxième tour serré

L'avenir de Seclin se jouera le 28 juin prochain dans les urnes. Au premier tour, le maire sortant Bernard Debreu (40,2% des voix) a été devancé d'un peu plus d'une dizaine de votes par François-Xavier Cadart (40,6%). Ce dernier a depuis été rallié par Didier Serrurier, qui a récolté 10% des suffrages exprimés le 15 mars dernier.

En 2014, le maire communiste avait déjà été réélu de justesse, avec seulement 146 voix d'avance sur François-Xavier Cadart.

Juliette Mitoyen