BFMTV

Municipales: procurations douteuses à Noisy-le-Sec, le maire au cœur de soupçons de fraude électorale

INFO BFM PARIS - Le maire UDI sortant de Noisy-le-Sec, arrivé second au premier tour des élections municipales, aurait demandé à des policiers de collecter des procurations chez de personnes âgées sans que ces dernières ne sachent qui allait voter pour elles.

À moins de trois semaines du second tour des élections municipales, de forts soupçons de fraude électorale pèsent sur le maire UDI de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), Laurent Rivoire. Selon nos informations, avant le premier tour, l'édile sortant aurait en effet fait collecter des procurations auprès de personnes âgées, sans qu'elles sachent qui allait voter pour elles, et pour quel candidat. 

Au micro de BFM Paris, Jean-Jacques, retraité ayant des difficultés pour se déplacer et donc pour aller voter, raconte par exemple avoir demandé au maire une procuration. Cet habitant de Noisy-le-Sec explique ensuite que Laurent Rivoire en personne s'est présenté à son domicile, accompagné d'un agent de police nationale, en possession d'une procuration où "tout était déjà rempli". Jean-Jacques ajoute qu'il n'était alors pas au courant de qui allait voter à sa place pour les élections municipales.

"En aucun cas un maire ne peut envoyer une liste de noms"

Un mail envoyé par la mairie que s'est procuré BFM Paris atteste des dires du retraité. Le maire de Noisy-le-Sec a bel et bien ordonné à la commandante de police de la ville de se déplacer pour recueillir des procurations.

"Voici les coordonnées des personnes ne pouvant se déplacer, chez lesquelles nous avons besoin qu'un officier de police judiciaire se rende", écrit le maire.

Une initiative "illégale et immorale", selon un fonctionnaire de police exerçant à Noisy-le-Sec, qui préfère témoigner anonymement. 

"Seuls les particuliers eux-mêmes peuvent demander à ce que la police vienne à domicile pour faire des procuration. En aucun cas un maire ne peut envoyer une liste de noms pour que les procurations soient faites. Ca nous a semblé complètement illégal, immoral et contraire à la déontologie policière."

Ce même policier précise que "beaucoup de collègues ont refusé" de se rendre chez les personnes listées par la mairie. La demande de Laurent Rivoire a par ailleurs "été rapportée en haut lieu", selon le fonctionnaire.

Pour Laurent Rivoire, "il n'y a rien d'illégal"

La hiérarchie policière l'a d'ailleurs reconnu: l'élu n'aurait pas du faire appel à la police nationale et la commandante aurait du refuser sa demande. "Sa hiérarchie lui a précisé que la demande devait émaner des personnes elles-mêmes et non de la mairie ou le centre communal d'action sociale", explique une source policière. De son côté, Laurent Rivoire assure ne voir aucun inconvénient à cette pratique:

"Des gens m'ont demandé une procuration, j'ai demandé à mon assistante de faire un mail au commandant pour fixer des rendez-vous avec ces personnes. Il n'y a rien d'illégal et d'anormal là dedans."

Pour rappel, Laurent Rivoire a obtenu 27,99% des suffrages au premier tour, soit 359 voix de moins que son opposant divers gauche, Olivier Sarrabeyrouse.

Raphaël Maillochon, Simon Azélie avec Juliette Mitoyen