BFMTV
Législatives
en direct

L'Assemblée nationale a élu ses 6 vice-présidents, dont 2 issus des rangs du RN

L'Assemblée nationale a élu ses 6 vice-présidents, dont 2 issus des rangs du RN

L'Assemblée nationale le 28 juin à Paris

Les députés vont élire ce mercredi le bureau de l'Assemblée nationale, tandis qu'Élisabeth Borne recevra dans l'après-midi Marine Le Pen et Mathilde Panot, présidentes des groupes RN et LFI au palais Bourbon.

Ce direct est terminé

Merci de l'avoir suivi sur BFMTV.com.

Éric Ciotti, Marie Guevenoux et Éric Woerth élus questeurs de l'Assemblée nationale

Éric Ciotti (LR), Marie Guevenoux (LaREM) et Éric Woerth (Ensemble) sont élus questeurs de l'Assemblée nationale à la majorité absolue.

L'Assemblée nationale a élu ses 6 vice-présidents, dont 2 issus des rangs du RN

Ce mercredi après-midi, les 577 députés de la nouvelle Assemblée nationale élisaient leurs six vice-présidents, appelés à siéger au Perchoir aux côtés de Yaël Braun-Pivet, la présidente élue mardi.

Sont élus: Naïma Moutchou (Horizons) avec 373 voix, Élodie Jacquer-Laforge (Modem) avec 373 voix, Valérie Rabault (PS) avec 367 voix, Caroline Fiat (LFI) avec 297 voix, Sébastien Chenu (RN) avec 290 voix et Hélène Laporte (RN) avec 284 voix.

À noter que Sandrine Rousseau et Benjamin Lucas, deux députés écologistes, ont été éliminés. EELV avait décidé de déposer leurs candidatures de manière autonome, "pour faire barrage aux deux candidats d'extrême droite", avait déclaré Benjamin Lucas.

Olivia Grégoire confirme la mise en place d'un chèque alimentaire de 100 euros par foyer pour les 9 millions de foyers les plus modestes

La porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a confirmé mercredi la mise en place d'une "aide alimentaire d'urgence" de 100 euros par foyer et de 50 euros par enfant, en faveur des neuf millions de foyers les plus modestes.

Le gouvernement entend également, toujours dans le cadre du projet de loi pouvoir d'achat qui devrait être présenté le 6 juillet en Conseil des ministres, travailler "sur un chèque alimentaire plus qualitatif pour accéder à des produits bio, frais et locaux", a déclaré Olivia Grégoire lors d'un déplacement à La Chapelle-sur-Erdre, près de Nantes.

"On respecte les gestes barrières": le député Louis Boyard explique son refus de serrer la main des députés RN

Louis Boyard, député Nupes élu dans le Val-de-Marne, a ignoré hier les mains tenues de ses collègues à l'Assemblée nationale, Philippe Ballard et Sébastien Chenu. Une attitude qui a suscité nombre de commentaires chez les observateurs et dont il s'est expliqué ce mercredi auprès de notre antenne.

Il a présenté cette esquive comme une mesure de salubrité publique, voire un geste barrière: "Nous sommes dans un contexte de pandémie, de racisme, d’antisémitisme, et d'islamophobie et donc il faut prendre ses précautions et dans l’intérêt de la santé de tous, j’appelle les Français et particulièrement le président de la République et ses amis à ne pas serrer la main du Rassemblement national".

"Comment ça se fait que ce qui était anormal il y a 20 ans est devenu normal aujourd’hui ? Où sont les hommes et femmes d’État qui, comme Jacques Chirac et Simone Veil, ne composaient jamais avec le racisme et l’antisémitisme ? Où sont les journalistes qui avaient du recul et de la mesure par rapport à l’extrême droite ? Pourquoi ce qui était anormal il y a 20 ans est devenu normal aujourd’hui ?" a-t-il ensuite fait mine de s'interroger. "De mon point de vue je reste fidèle aux principes: face au Rassemblement national, on respecte les gestes barrières", a-t-il martelé.

Les députés socialistes demandent la création d'une délégation aux droits de l'enfant

Le chef des députés socialistes à l'Assemblée nationale Boris Vallaud a indiqué ce mercredi sur Twitter qu'il avait écrit à la nouvelle présidente du Palais Bourbon Yaël Braun-Pivet afin de mettre en place une délégation aux droits de l'enfant.

"Notre parlement doit muscler son contrôle et travail sur ce sujet essentiel", a-t-il écrit.

La demande est également portée par la députée Isabelle Santiago.

Les communistes se réjouissent de voir une femme à la tête de l'Assemblée, mais vont plus loin

Après l'élection de Yaël Braun-Pivet, première femme à la tête de l'Assemblée nationale en France, les hommages se sont succédé. À cet exercice, les communistes n'ont pas dérogé, mais ils ont poussé l'exercice.

"Que ce fut long! 77 ans après la conquête du droit de vote, suite à un amendement du député communiste Fernand Grenier, une femme devient enfin présidente de l’Assemblée nationale", a nuancé Fabien Roussel déplorant le temps qu'il a fallu pour féminiser ce poste.

Avant d'ajouter: "Et maintenant, égalité salariale!".

L'adjoint au maire de Paris, Ian Brossat lui a emboité le pas dans la soirée:

"Une femme au perchoir? Je me réjouirai vraiment quand on aura atteint l'égalité salariale entre les femmes et les hommes, quand on revalorisera vraiment le SMIC sachant que 2/3 des smicards sont des smicardes", a-t-il déploré.

"Il n'a jamais été question de rentrer au gouvernement": le patron des députés communistes met les points sur les "i"

Après son entrevue ce matin avec Elisabeth Borne, André Chassaigne, patron des députés communistes, a mis les points sur les "i" face à la presse dans la cour de Matignon.

"Il n'a jamais été question de coalition, ni de rentrer au gouvernement", a-t-il lancé, après que l'attitude conciliante de Fabien Roussel à l'égard de l'exécutif avait pu semer le doute sur la question. "Notre culture politique consiste à travailler sur les textes soumis, à voter ce qui va dans le bon sens, à nous opposer aux régressions et à faire des propositions alternatives", a encore précisé André Chassaigne.

Vote de confiance: Borne "prendra sa décision" à l'issue de ses entretiens avec les chefs de groupes à l'Assemblée nationale

C'est la question qui agite l'Hémicycle et au-delà. La Première ministre, Elisabeth Borne, appuyée sur une inconfortable et relative majorité sollicitera-t-elle la confiance des parlementaires? Tandis que la parution d'un décret a paru écarter cette éventualité, l'intéressée a assuré à la presse réserver encore sa réponse.

"Je prendrai ma décision à l’issue des consultations (la cheffe du gouvernement s'entretient actuellement avec les responsables des groupes à l'Assemblée nationale, NDLR)". "Je ferai connaître ce choix le moment venu", a-t-elle évacué.

Borne apporte son soutien à l'inscription du droit à l'IVG dans la constitution

Après sa visite au Planning famial, la Première ministre a apporté son soutien à l'inscription du droit à l'IVG dans la constitution. "La décision de la Cour suprême a été un avertissement très sévère (...) et quand on voit qu’en Europe, l’extrême droite remet en cause ce droit, on voit l’importance d’inscrire ce droit comme un droit fondamental", a -t-elle introduit, enchaînant alors:

"Il faut l’inscrire dans la constitution au plan national – on trouvera le bon chemin pour l’y inscrire - mais il faut aussi l’inscrire dans la Charte des droits fondamentaux au niveau européen".

S'adressant aux femmes, elle a lancé: "Battez-vous tous les jours pour faire reconnaître vos droits!"

Houlié aux Lois, Kasbarian aux Affaires économiques: la majorité se répartit les présidences de commissions à l'Assemblée

C'est l'heure des négociations et tractations au sein de la majorité pour la répartition des présidences de commissions. D'après le site Contexte, plusieurs candidatures ont été actées dès lundi. Ainsi, Sacha Houlié est pressenti pour prendre la tête de la Commission des Lois. Guillaume Kasbarian est bien placé pour prendre en charge les Affaires économiques. La Commission du Dèveloppement durable reviendrait à Jean-Marc Zulesi, quant aux Affaires européennes, c'est Pieyre-Alexandre Anglade qui est sur les rangs.

Deux composantes minoritaires de la majorité se disputent par ailleurs la présidence de la Commission des Affaires culturelles et de l'Education est disputé: Horizons, qui pousse la candidature d'Anès Firmin - Le Bodo, et le MoDem qui appuie les aspirations d'Erwan Baladant.

Enfin, Jean-René Cazeneuve brigue les fonctions de Rapporteur général du Budget.

Sexisme à l'Assemblée: la députée EELV raconte pourquoi elle a revêtu la robe de Cécile Duflot

Marie-Charlotte Garin, députée EELV-Nupes, élue dans le Rhône, est notre invitée. Hier, elle a pris la pose avec la robe qui avait valu à Cécile Duflot les commentaires et sifflets sexistes de certains membres de l'Assemblée nationale il y a dix ans.

Evoquant une "histoire de transmission", la parlementaire a raconté la genèse de cette photo: "Avec d'autres candidates, j’avais écrit à Cécile en lui disant que ce serait peut-être une bonne idée si on est élu d’avoir une robe de même modèle, elle m’a proposé de me prêter la sienne".

La Rhodanienne a célébré un "grand honneur" et "un bon moyen de faire passer un message". "Et ça a réussi", a salué la députée.

Fabien Roussel va déposer une proposition de loi pour baisser les taxes sur l'essence

Le patron du PCF Fabien Roussel a annoncé mercredi qu'il allait déposer une proposition de loi pour "faire baisser immédiatement de 35 centimes les taxes sur l'essence" et pour "taxer les bénéfices des compagnies pétrolières".

"Je déposerai aujourd'hui un texte de loi visant à baisser immédiatement de 35 centimes les taxes sur l'essence, nous sommes à quelques jours des départs en vacances, le litre d'essence flirte avec les 2,30 euros, 2,50 euros, c'est insupportable pour beaucoup de nos concitoyens, y compris pour les travailleurs qui ont besoin de leur voiture pour se rendre à leur travail", a expliqué sur Europe 1 le député du Nord.

"Je dépose un texte de loi qui propose de baisser les taxes sur l'essence et en même temps de taxer de manière exceptionnelle sur 2021-2022 les bénéfices des compagnies pétrolières dont Total", a-t-il précisé.

Droit à l'IVG dans la constitution: "une bonne chose" selon Jérôme Guedj

Nos invités politiques ont soutenu en plateau l'idée d'une inscription du droit à l'IVG dans la constitution, en marge du déplacement d'Elisabeth Borne au Planning familial.

L'eurodéputée Renaissance Ilana Cicurel a appelé à constituer "un bastion des droits des femmes". Le député Nupes élu dans l'Essonne, Jérôme Guedj, a adopté la même ligne: "Même sans menace juridique, consacrer ce droit dans notre hiérarchie des normes est une bonne chose". "Tant mieux si les lignes ont bougé et si on peut envisager une loi constitutionnelle au Parlement", a-t-il ajouté.

Elisabeth Borne se rend au siège du Planning familial

La Première ministre Elisabeth Borne est arrivée au siège parisien du Planning familial.

Son déplacement s'inscrit sur fond de volonté d'inscription du droit à l'IVG dans la constitution, portée par la majorité comme par la Nupes.

Le président du groupe parlementaire Horizons envisage des amendements du RN "améliorant" les textes de loi

Laurent Marcangeli, président du groupe Horizons à l'Assemblée nationale, était l'invité de Public Sénat ce matin. Il a livré sa vision des relations à venir entre la majorité, la Nupes mais aussi le Rassemblement national, dans un Hémicycle privé de majorité absolue.

"Il y aura peut-être des amendements de bon sens venus de la Nupes. J’irai même jusqu’à dire que, sur certains textes, on peut avoir des amendements portés par le RN qui peuvent améliorer la loi", a-t-il déclaré.

"Une incapacité à créer de la confiance": David Lisnard refuse tout accord avec la macronie

David Lisnard ferme la porte à tout accord entre la droite et la coalition présidentielle alors qu'Elisabeth Borne reçoit actuellement les différents groupes politiques.

"Cette main tendue, c’est celle qui, il y a quelques semaines, nous qualifiait d’extrême droite et nous mettait dans le même panier. On ne peut pas se voir assimiler à un pouvoir qui tient tous les discours. Cela produit une incapacité à créer de la confiance et à fonder une majorité autour d'un projet net", juge le maire LR de Cannes sur RTL ce matin.

"Je leurs tends la main": Bruno Le Maire appelle les LR à "trouver des compromis"

Issu des bancs de la droite, Bruno Le Maire appelle ses anciens collègues des LR à voter en faveur des textes du gouvernement.

"J’appelle les Républicains à faire preuve de sens des responsabilités(…). Vous voulez faire de la surenchère ? Je leur tends la main en leur disant 'essayons de trouver un certain nombre de compromis sur la loi pouvoir d'achat'", avance Bruno Le Maire ce matin sur CNEWS.

"Des délires mélenchonistes!" Guérini répond à Mélenchon qui soupçonne la majorité de s'allier tacitement avec le RN

Dans son blog, Jean-Luc Mélenchon a publié ce matin un article dans lequel il explique que si Élisabeth Borne ne se soumet par au vote de cofniance, "les oppositions déposeront une ou plusieurs motions de censure. Elle ne peut alors éviter la censure qu’au prix d’une abstention du groupe RN ou du LR ou des deux. Autrement dit, d’une alliance tacite avec ceux contre lesquels ces gens-là prétendaient protéger le pays. Pitoyable fin de règne".

Invité de LCI ce matin, Stanislas Guérini, a qualifié ces insinuations de "délires mélenchonistes".

"Jean-Luc Mélenchon, c'est la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf dans la vie politique", s'est-il ensuite moqué

"Ce n'est pas aux politiques de faire l'histoire": Thierry Mariani botte en touche après les propos d'un député RN sur l'OAS

La sortie du député RN José Gonzalez la veille, lors de laquelle il a assuré ne "pas savoir" si l'OAS avait commis des crimes durant la guerre d'Algérie, a occasionné une passe d'armes sur notre plateau entre nos invités politiques. "On voit là qu’il y a une absolue nécessité de s’opposer à l’extrême droite", a jugé Sophie Taillé-Polian, députée EELV élue dans le Val-de-Marne.

L'eurodéputé RN Thierry Mariani a récusé: "Madame est choquée parce qu’il a dit qu’il était fier d’être pied-noir". "Ce n’est pas aux politiques de faire l’histoire", a-t-il plaidé, avant de poser: "Il y a eu des meurtres des deux côtés. Il y a eu des meurtres par des partisans de l’Algérie française mais le plus de meurtres ont été commis par le FLN".

"Je prendrai ma décision dans quelques années", répond Marine Le Pen concernant une candidature à la présidentielle en 2027

"Je prendrai ma décision dans quelques années", a déclaré ce mercredi sur France Info Marine Le Pen, interrogée sur une éventuelle candidature à la présidentielle en 2027.

Après la présidentielle au printemps, elle avait déclaré que "a priori, sauf circonstances exceptionnelles", elle ne serait pas candidate.

Pour Marine Le Pen, la constitutionnalisation de l'IVG est "une diversion politique"

"La question c'est, est-ce que nous sommes le 51e État des États-Unis? En quoi une décision de la Cour suprême des États-Unis remet en cause en France alors qu'aucun parti significatif ne remet en cause l'accès à l'IVG pour les femmes, est-ce que ça a une influence sur nous?", a lancé ce mercredi Marine Le Pen sur France Info.

"Il est remis en cause par l'islamisme, il est remis en cause par le voile, il est remis en cause par le refus par les islamistes de l'égalité hommes-femmes, il est remis en cause concernant les soins des femmes, par la faiblesse aujourd'hui de notre hôpital, par la désertification de notre hôpital, par la désertification médicale", a-t-elle énuméré.

"Le droit d'accès à l'IVG n'est remis en cause par personne (...). C'est une diversion politique", ajoute Marine Le Pen.

Commission des Finances: Marine Le Pen estime que "le résultat est entre les mains des députés LR"

“Traditionnellement, c’est le premier parti d’opposition à qui revient cette présidence de commission, c'est aussi simple que ça”, estime Marine Le Pen ce mercredi sur France Info.

“Le résultat est entre les mains des députés LR", juge Marine Le Pen. "Je leur dis, en conscience, est-ce que vous souhaitez avoir M. Coquerel, qui est l'extrême gauche la plus radicale qui soit à la tête de la commission des Finances, ou bien est-ce que vous souhaitez avoir Jean-Philippe Tanguy, qui est le candidat (du RN)?", a-t-elle poursuivi.

"S'ils ne veulent pas choisir, alors ils feront élire le candidat de La France insoumise et ils en assumeront la responsabilité", juge aussi la présidente du groupe RN à l'Assemblée.

Borne se soumettra-t-elle à un vote de confiance? "Il est un peu tôt pour le dire", explique Guérini

La Première ministre n'aurait pas encore décidé si oui ou non elle se soumettra à un vote de confiance -non obligatoire- à l'issue d'une déclaration de gouvernement, comme l'indique le Journal officiel et non "une déclaration de politique générale".

"Il est trop tôt pour le dire", considère Stanislas Guérini, confirmant les propos de la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, sur notre antenne.

"Élisabeth Borne est actuellement en train de rencontrer les présidents de groupe (...) C'est à l'issue de ces discussions, que la Première ministre pourra prendre sa décision (...) Il est raisonnable d'attendre le fruit des consultations avant de se décider sur ce vote de confiance", justifie le ministre de la Fonction publique.

"Cette semaine elle est décisive pour savoir quelles sont nos possibilités", a-t-il ajouté.

Masques anti-Covid: Pour Olivia Grégoire, le gouvernement choisit de "faire confiance à la responsabilité collective des Français"

Tandis que le nombre de cas de Covid-19 explose à nouveau dans la population française, des scientifiques et une part de l'opinion s'étonnent de ne pas entendre le gouvernement rétablir l'obligation du port du masque. Interrogée à ce propos par notre journaliste Apolline de Malherbe, Olivia Grégoire a lancé: "On fait confiance à la responsabilité collective des Français".

Mettant en exergue son exemple personnel, elle a affirmé: "Quand je me déplace en train je mets un masque même si ce n’est pas une obligation." "Les Français sont fatigués des obligations", a-t-elle fait valoir. Il faut "encourager les Français à le mettre dans les situations de forte promiscuité", a-t-elle toutefois plaidé.

Marine Le Pen veut taxer "les supers profits" réalisés par les entreprises en raison de la guerre en Ukraine

"Il est évident que la guerre (en Ukraine) a permis à un certain nombre d’entreprises a permis de faire des supers profits", a assuré ce mercredi Marine Le Pen sur France Info.

"Ces supers profits doivent être exceptionnellement taxés pour pouvoir financer les mesures de soutien au pouvoir d'achat des Français. C’est ce qu’il s’est passé en Hongrie”, a soutenu Marine Le Pen, qui déclare qu'elle le proposera à l’Assemblée.

Propos de José Gonzalez sur l'OAS: pour Marine Le Pen, "ce n'est pas un dérapage"

Doyen de l'Assemblée nationale, le député RN José Gonzalez a présidé mardi la séance de l'Assemblée nationale, et prononcé un discours dans lequel il a évoqué l'Algérie française. En dehors de l'hémicycle, il a répondu à des journalistes: "Je ne suis pas là pour juger pour savoir si l’OAS a commis des crimes ou pas."

"C'est pas un dérapage, il a fait un très beau discours, un discours très digne, très républicain, qui a été salué quasi unanimement par des applaudissements nourris de l'Assemblée nationale", a réagi ce mercredi Marine Le Pen sur France Info.

Sur l'OAS, "il a dit je ne suis absolument pas là pour parler de ces sujets", assure ce mercredi Marine Le Pen. "Il ne souhaitait pas s'exprimer sur des sujets qui n'avaient rien à voir avec l'événement du jour".

"La gauche dit ce qu'elle veut, elle dit tout et n'importe quoi, je ne me détermine pas en fonction de ce que dit l'extrême gauche", cingle aussi la présidente du groupe RN à l'Assemblée.

Santé, éducation: "Il faut payer et former plus !" juge Olivia Grégoire

Sur notre antenne, Olivia Grégoire a évoqué la politique à venir concernant le secteur de la santé: "Il faut payer plus mais aussi former plus, et c’est tout l’enjeu !"

Elle a pointé une autre priorité du gouvernement dont elle porte la parole: "Il faut investir massivement sur l’éducation et l’enseignement." "Il faut pourvoir ces métiers sous tension", a-t-elle jugé.

Elle a par ailleurs réfuté toute idée de politique austéritaire: "Ce n’est absolument pas de l’austérité, c’est de la responsabilité budgétaire.

Mission flash sur les urgences: les conclusions seront rendues vendredi ou lundi

Les résultats de la mission flash lancée par Emmanuel Macron début juin après sa visite devant des soignants à Cherbourg devrait rendre ses conclusion "ce vendredi ou lundi", assure Olivia Grégoire ce matin sur BFMTV.

"Les Français ont mis en place la proportionnelle sans la proportionnelle", estime Roussel

Fabien Roussel est l'invité d'Europe 1. Tandis que l'attitude à adopter face au pléthorique groupe du RN interroge certains de ses collègues à l'Assemblée nationale, le communiste a estimé: "Les Français ont mis en place la proportionnelle, sans la proportionnelle. Il faut respecter cela".

"C’est la démocratie du peuple à travers le Parlement que je défends. Ils nous demandent de travailler ensemble, de nous mettre d’accord", a-t-il ajouté.

L'élection de Braun-Pivet était "inéluctable": Le Pen justifie le retrait de Chenu au deuxième tour du scrutin pour la présidence de l'Assemblée

Alors que Jean-Luc Mélenchon a dénoncé des "arrangements", Marine Le Pen justifie ce mercredi sur France Info le retrait de Sébastien Chenu au second tour du scrutin pour la présidence de l'Assemblée nationale, remporté mardi par la candidate d'Ensemble Yaël Braun-Pivet.

"Je lui réponds que une fois de plus, il est en train d'enfumer les Français, la réalité c'est que Jean-Luc Mélenchon n'a pas sorti de sa tête sa volonté d'être Premier ministre et cherche à bloquer l'institution. La vérité c'est que Mme Braun-Pivet avait 242 voix, elle aurait été élue au deuxième tour ou au troisième tour", tance ce mercredi Marine Le Pen. "C'était inéluctable, autant que l'opération se fasse rapidement", a-t-elle ajouté.

"Je me réjouis que les femmes prennent la place qui doit être la leur c'est-à-dire à égalité avec les hommes, il y a d'abord beaucoup de présidentes de groupes, je crois trois, ce qui est un record à l'Assemblée nationale", a-t-elle aussi dit.

Valérie Rabault confirme qu'elle ne briguera pas la Commission des Finances

Invitée ce matin de BFM Business, la députée PS du Tarn-et-Garonne a indiqué qu'elle ne serait pas la candidate de la gauche pour la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

Ce sera pas moi, c’est sûr. Je suis loyale à la gauche, et je respecte les choix qui ont été fait", a-t-elle souligné.

L'Insoumis Eric Coquerel avait reçu le soutien de la Nupes pour diriger la formation, traditionnellement accordée au premier groupe d'opposition. Le vote devant désigner la présidence de la commission aura lieu jeudi. Valérie Rabault, quant à elle, s'est tournée vers la commission de la défense. "Mais je continuerai à m’investir sur les questions budgétaires, indique-t-elle.

"Borne n'est pas en solitude": Grégoire décrit une Première ministre "au travail"

Malgré les grandes difficultés politiques d'Elisabeth Borne, Olivia Grégoire assure à nouveau que la Première ministre est au travail.

"Elle n’est pas en solitude, elle est très entourée (...). Elle hérite d’une sitation politique et économique pas facile. Elle est solide, determinéé, qui est au travail et qui consulte", assure la porte-parole du gouvernement ce matin sur BFMTV.

Braun-Pivet réfute que Lescure était le candidat de l'Elysée au perchoir

Alors qu'on a dit que l'Elysée aurait préféré voir Roland Lescure à la tête de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet s'est récriée auprès de RTL: "L’Elysée n’avait pas de choix, ni officiel, ni officieux."

Apaisement et rétablissement du lien démocratique: Braun-Pivet fixe les axes de sa mission

Yaël Braun-Pivet a décrit la manière dont elle voit son mandat de présidnete de l'Assemblée nationale.

"Je vois ma mission de deux façons : faire en sorte que l’Assemblée fonctionne de manière apaisée et (...) renouer le lien démocratique", a-t-elle caractérisé.

"Aucune décision n'est prise" concernant un vote de confiance après le discours de politique générale, assure Olivia Grégoire

Le journal officiel ne mentionne pas ce matin de vote de confiance à l'issue du discours d'Elisabeth Borne le 5 juillet prochain devant l'Assemblée nationale.

"Aucune décision n'est prise", assure cependant la porte-parole d'Olivia Grégoire ce matin sur BFMTV.

Critiques de la France insoumise sur son comportement lors de l'affaire Benalla: "ça ne reflète pas qui je suis", lance Braun-Pivet

Yaël Braun-Pivet a été brocardée par la France insoumise pour son attitude en tant que présidente de la Commission des Lois lors de l'affaire Benalla.

Elle s'est bornée à évacuer ces remontrances: "ça ne reflète pas qui je suis".

Yaël Braun-Pivet estime présider un Hémicycle "à l'image de la France"

Yaël Braun-Pivet a commenté la composition de l'Assemblée nationale:

"Les Français nous ont placés là dans un Hémicycle à l’image de la France. Notre devoir d’élus est que le navire avance dans l’intérêt des Français. On fait de la politique pour faire et non pour créer des polémiques".

"Nous sommes obligés de composer, de discuter", a-t-elle encore observé.

Le président du groupe Horizons a trouvé le discours d'ouverture du RN José Gonzalez "plutôt sobre"

Alors que certains écologistes se sont étranglés face à ce qu'ils ont considérés comme de la nostalgie de l'Algérie française, le patron des Philippistes à l'Assemblée nationale a une lecture tout autre.

"J’ai trouvé le discours de José Gonzalez plutôt sobre. Il n’a pas profité de la tribune pour partir dans de mauvais chemins. Il a parlé de lui, ce n’est pas scandaleux" , dédramatise-t-il.

Plus tard, le doyen de l'Assemblée a expliqué devant les caméras que ce n'était pas à lui de juger si l’OAS, organisation criminelle, a "commis des crimes ou pas", augmentant l'ire de la gauche.

Yaël Braun-Pivet "touchée" par les messages de félicitations de l'opposition

Yaël Braun-Pivet est la nouvelle présidente de l'Assemblée nationale. Elle est ce matin l'invitée de RTL. Elle a d'abord souligné son émotion devant les expressions de sympathie des divers groupes dues à l'accession d'une femme au perchoir.

"J’ai eu beaucoup de messages de félicitations de tous les groupes politiques". "J’ai été très touchée de voir ce tweet de monsieur Roussel", a-t-elle singularisé.

"Que ce fut long ! 77 ans après la conquête du droit de vote, suite à un amendement du député communiste Fernand Grenier, une femme devient enfin présidente de l’Assemblée nationale", a ainsi écrit le communiste.

"On peut avoir des amendements portés par le RN qui peuvent améliorer la loi", prévoit Marcangeli

Le nouveau président du groupe Horizons à l'Assemblée nationale assume ce matin de pouvoir travailler avec les deux extrêmes de l'éventail de l'hémicycle.

"Il y aura peut-être des amendements de bon sens venus de la Nupes. J’irai même jusqu’à dire que, sur certains textes, on peut avoir des amendements portés par le RN qui peuvent améliorer la loi", a-t-il déclaré.

"S’il veut que les textes passent, le gouvernement va devoir avoir une nouvelle méthode pour préparer la loi", ajoute-t-il en prévenant que la Première ministre devra être "plus à l'écoute et dans la co-construction".

Pour Clément Beaune, "les Français ont construit eux-mêmes un 'en même temps' à l'Assemblée"

Reconnaissant avec humilité qu'ils n'ont pas la majorité absolue à l'Assemblée, le membre du gouvernement, Clément Beaune explique que la négociation continue avec à droite les LR et à gauche avec les "écologistes constructifs".

Sur cette recherche du majorité à l'image du "en même temps" de la gouvernance d'Emmanuel Macron, le ministre chargé de l'Europe se justifie en expliquant que "les français ont construit eux-mêmes un en même temps à l'Assemblée nationale".

Le marcheur a rappelé que la négociation se faisait sans le RN

"Parce que je crois qu'il faut une boussole en politique, on est très clair là-dessus", a-t-il précisé.

"Nous allons demander un effort aux pétroliers pour faire baisser les prix à la pompe", annonce Clément Beaune.

Le ministre délégué chargé de l'Europe est l'invité ce mardi de la matinale de France 2. Face à l'inflation et à la montée des prix de l'essence (certains supercarburants dépassent toujours les 2,10 centimes du litre, malgré une légère baisse cette semaine).

"Nous allons demander un effort supplémentaire aux géants pétroliers pour faire baisser les prix à la pompe", a déclaré le membre du gouvernement.

Pour l'instant, "il n'est pas question d'instaurer une taxe", explique toutefois le ministre.

Élisabeth Borne ne se soumettra pas à un vote de confiance après sa déclaration de politique générale

Le mystère planait, il est levé. La Première ministre Élisabeth Borne n'engagera pas sa responsabilité lors de sa déclaration de politique générale qu'elle prononcera le 5 juillet prochain devant le Parlement.

C'est en substance ce qu'indique le décret paru ce mercredi au Journal officiel, qui convoque le Parlement en session extraordinaire, mais ne stipule pas l'organisation d'un vote de confiance à l'issue de la déclaration de la Première ministre.

"Angoisse", "déchéance": la Nupes en colère après les propos du député RN José Gonzalez sur l'Algérie

Une présidence temporaire qui crispe à gauche. Ce mardi, le député RN des Bouches-du-Rhône José Gonzalez a ouvert la première séance de la nouvelle Assemblée nationale en sa qualité de doyen. Pendant son discours, l'élu a notamment mis en avant son parcours personnel, lui qui est né en Algérie avant les accords d'Évian.

"J'ai laissé là-bas une partie de ma France et beaucoup d'amis. Je suis un homme qui a vu son âme à jamais meurtrie", a-t-il déclaré, avant de s'interrompre, pris par l'émotion.

Cette pause dans son discours a été suivie de quelques applaudissements dans l'Assemblée, ce qui a eu le don d'agacer dans le camp de la Nupes.

>> On vous explique la première polémique de cette législature dans ce papier

Battu de peu dans le Pas-de-Calais, l'ex-candidat RN Bruno Clavet dépose un recours

Il y a quelques jours, il avait promis de se "battre jusqu'au bout". Candidat RN aux élections législatives, défait dans la 3e circonscription du Pas-de-Calais par le candidat Nupes Jean-Marc Tellier, Bruno Clavet a déposé un recours auprès du Conseil constitutionnel ce mardi, comme l'indique La Voix du Nord.

>> Notre article complet

Olivia Grégoire invitée de BFMTV-RMC à 8h35

Ce mercredi, c'est la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire qui répondra aux questions d'Apolline de Malherbe à 8h35 sur BFMTV-RMC.

Dans le reste des matinales:

7h30, PUBLIC SÉNAT: Bernard Delcros, sénateur UC du Cantal, vice-président de la commission des finances

7h40, FRANCE 2: Clément Beaune, ministre des Affaires européennes

7h40, RTL: David Lisnard, maire de Cannes et le Président de l'Association des maires de France

8h00, PUBLIC SÉNAT: Laurent Marcangeli, président du groupe Horizons à l'Assemblée nationale, député de la Corse-du-Sud

8h13, EUROPE 1: Fabien Roussel, député PCF et ancien candidat à la présidentielle

8h15, SUD RADIO: Jean-Philippe Tanguy, député RN de la Somme et membre du Bureau National du RN

8h15, BFM BUSINESS: Valérie Rabault, députée PS de Tarn-et-Garonne

8h15, CNEWS: Bruno Le Maire, ministre de l'Économie des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique

8h20, FRANCE INTER: Gabriel Attal, ministre de l'Action et des comptes publics

8h20, RTL: Yaël Braun-Pivet, présidente de l'Assemblée nationale

8h30, LCI: Stanislas Guérini, ministre de la Transformation et de la Fonction publique

8h30, FRANCE INFO: Marine Le Pen, présidente du groupe Rassemblement National à l'Assemblée nationale

Jean-Luc Mélenchon estime que le "quatrième tour est commencé"

Jean-Luc Mélenchon, ancien candidat à la présidentielle - et aspirant au poste de Premier ministre - affirme dans une note de blog publiée ce mardi soir que "le quatrième-tour est commencé."

"Le pouvoir macroniste sait-il que ses jours sont comptés? Vu de loin on dirait, vu l’état d’incontrôle de soi du président", écrit Jean-Luc Mélenchon, qui prédit "une saison de courte ou moyenne longueur avant la dissolution"

Pour Sébastien Chenu, les propos de José Gonzalez sur l'Algérie disent "quelque chose d'une génération entière"

Alors que les critiques sont nombreuses contre José Gonzalez, député RN qui a tenu des propos polémiques sur l'Algérie française et l'OAS, certains élus d'extrême droite sont venus à son secours.

"Ça dit quelque chose d'une génération entière, ce n'est pas uniquement parce qu'il est député. (...) On sait très bien les douleurs et les cicatrices que laisse la guerre d'Algérie dans notre pays", exprime Sébastien Chenu, député RN du Nord.

Élisabeth Borne se rend ce mercredi au planning familial

Élisabeth Borne, doit se rendre ce mercredi 29 juin au siège du planning familial à Paris, où elle reviendra notamment "sur l'importance de protéger le droit et l'accès à l'avortement en France", trois jours après l'annonce d'une proposition de loi pour l'inscrire dans la Constitution.

Bonjour à tous!

Bienvenue dans ce direct consacré au suivi de l'actualité politique de ce mercredi 26 juin 2022.

BFMTV