BFMTV

Emmanuel Macron n’a "pas envie d’être député en 2017" (aujourd'hui)

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron avait avoué avoir envie d'être un jour élu.

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron avait avoué avoir envie d'être un jour élu. - AFP

Le ministre de l'Economie a affirmé dimanche qu'il ne comptait pas se présenter aux élections législatives de 2017. "Ça, c'est le cursus d'un ancien temps", a-t-il ironisé lors d'un débat organisé par le Festival Le Monde.

"Je n'ai jamais voulu être candidat, aujourd'hui je n'ai pas envie d'être député en 2017". Emmanuel Macron a fait taire les bruits qui courent dans plusieurs circonscriptions, lui prêtant des ambitions parlementaires ici où là.

"Ça, c'est le cursus d'un ancien temps", a ironisé le ministre de l'Economie dimanche, lors d'un débat organisé par le Festival Le Monde.

Le ministre de l'Economie avait avoué, en mars dernier, caresser l'idée de se présenter un jour à un scrutin universel. "Bien sûr, je serai sans doute amené un jour à être élu, je ne l’exclus pas, mais je ne vais pas vous dire aujourd’hui 'je vais être élu en 2017' car comment expliquer alors, que je suis à plein temps à ma tâche?", avait lâché Emmanuel Macron sur France 2.

Hautes-Pyrénées, Côte-d'Or, Paris

Parmi les circonscriptions régulièrement citées pour Emmanuel Macron, celles des Hautes-Pyrénées, tenue par Jean Glavany. "Il est tenté de faire de la politique", avait confié au Lab l'ex-garde des Sceaux, en 2014. "Il envisage de venir ici. Mais sa décision n'est pas prise".

Plus récemment, le maire de Dijon François Rebsamen, alors ministre du Travail, proposait son aide au trentenaire issu du monde de la banque. "Si je peux faire d'Emmanuel Macron un député de Djion, je l'aiderai", avait-il lancé selon Challenges.

Enfin, certains chuchotaient que l'exécutif envisageait de présenter Emmanuel Macron à Paris, dans la circonscription de Cécile Duflot, en représailles aux critiques nourries de l'ancienne ministre verte du Logement. "Je ne démens pas la rumeur selon laquelle le gouvernement menacerait de présenter contre moi Emmanuel Macron aux prochaines législatives, pour faire barrage à ma réélection", avait déclaré la principale intéressée au Scan politique.

C. P.