BFMTV

Edouard Philippe: l'élection législative sera "le juge de paix" pour Richard Ferrand

Le Premier ministre a renouvelé vendredi sa confiance en Richard Ferrand, poursuivi par des révélations du Canard enchaîné.

Interrogé sur "l'affaire Ferrand", le Premier ministre Édouard Philippe, en déplacement dans le XIXe arrondissement de Paris pour soutenir la candidature de Mounir Mahjoubi, a déclaré ce vendredi que les élections législatives seront "le juge de paix" pour son ministre de la Cohésion des territoires: 

"Il n'y a pas de procédure juridictionnelle en cours, il n'y a donc pas une affaire, il y a un débat (...) Et les électeurs de la circonscription dans laquelle Richard Ferrand se présente pourront dans deux semaines dire si, comme moi, ils ont confiance en Richard Ferrand, et ce sera le juge de paix, celui que personne ne peut dépasser en démocratie."

Richard Ferrand est soupçonné d'avoir favorisé la société de son épouse dans le cadre d'une location de bureaux lorsqu'il était directeur des Mutuelles de Bretagne. Il lui est également reproché d'avoir salarié son fils en tant qu'attaché parlementaire en 2014. 

Le ministre de la Cohésion des territoires a exclu jeudi de démissionner de son poste, même s'il a concédé mercredi au micro de France Info que "si c'était à refaire, (il) ne le referait pas" à propos de l'embauche de son fils. 

Au sujet de la location de bureaux, il s'est défendu auprès de BFMTV en expliquant que local avait été choisi "parce que c'est le mieux placé et le moins cher". 

"L'objectif du gouvernement dans la loi que nous sommes en train de préparer, c'est justement de proposer des règles extrêmement strictes qui permettront à l'ensemble des parlementaires, et en vérité à l'ensemble de ceux qui exercent des responsabilités publiques, de ne pas se placer dans des situations qui seraient légales mais contestées", a par ailleurs ajouté le Premier ministre vendredi. 

Paul Louis, avec Liv Audigane et AFP