BFMTV

Départementales: 1.614 duels et 278 triangulaires au second tour

Des électeurs français dans l'isoloir à Auxerre (illustration)

Des électeurs français dans l'isoloir à Auxerre (illustration) - PHILIPPE DESMAZES / AFP

Le ministère de l'Intérieur a annoncé un nombre total de 278 triangulaires pour le second tour. Depuis dimanche dernier, 36 candidats se sont retirés.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé qu'il y aura finalement 278 triangulaires et 1 614 duels au second tour des élections départementales dimanche. 

Cela signifie qu'il y a eu 36 retraits de candidatures en binôme, l'AFP ayant annoncé plus tôt le nombre de 314 triangulaires

Selon les informations recueillies par les bureaux régionaux auprès des partis, candidats ou préfectures, les retraits de candidatures concernent au premier chef l'Aisne, où a eu lieu sept retraits de binômes de gauche mais aussi de droite, et le Vaucluse, où le PS s'est retiré dans deux cantons et l'UMP dans un autre. Dans le Languedoc-Roussillon, deux candidats, de gauche et sans étiquette, ont renoncé à disputer une triangulaire afin de faire "barrage au FN"

Passes d'armes UMP-PS

Interrogé par l'AFP, le responsable des élections au Parti socialiste, Christophe Borgel, a démenti les propos de Nicolas Sarkozy tenus sur RTL, qui affirmait que dans une dizaine de triangulaires, les candidats du PS arrivés troisième se maintenaient.

"Un seul cas a été repéré dans l'Aisne", a-t-il dit, affirmant que le PS travaillait à "ce que le binôme se retire". S'il ne le fait pas, il se verra retirer son investiture en bureau national du parti mardi soir, a-t-il ajouté.

Droite et gauche se divisent sur la stratégie à adopter face au Front national. A l'UMP, Nicolas Sarkozy a défendu la stratégie du "ni-ni" (ni Parti socialiste ni Front national) lors des duels FN-PS et a appelé les candidats UMP à se maintenir lors des triangulaires.

A. K. et S.V. avec AFP