Édouard Philippe le 11 février 2019, près de Tours.
 

Le Premier ministre a affirmé ce mercredi qu'il n'avait ni "le droit" ni l'"envie" d'amnistier les gilets jaunes condamnés.

Votre opinion

Postez un commentaire