BFMTV

Écologie: Hulot n'est pas "fâché" avec Macron, juste triste

L'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, invité ce vendredi matin de BFMTV et RMC, est revenu sur la sortie du gouvernement il y a 9 mois.

Sa nomination avait été comparée à une véritable prise de guerre. Aux commandes du ministère de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a fait en septembre dernier une sortie fracassante du gouvernement, seulement 15 mois après son entrée en fonctions. Aujourd'hui, quel est l'état de sa relation avec Emmanuel Macron? Invité de BFMTV et RMC ce vendredi matin, l'intéressé confie continuer à échanger avec le président de la République, mais "pas régulièrement".

"Je ne suis pas fâché", assure l'ancien ministre d'État, qui confie d'ailleurs qu'il lui aurait été plus "simple" de démissionner si tel avait été le cas.

"Je suis parti avec une profonde tristesse, parce que cette diversité au gouvernement, de parcours de vie, de personnalités, de sensibilités politiques, j'en attendais beaucoup." L'écologiste pense que le chef de l'État et lui-même ne se sont "pas compris": "On pouvait dire la même chose sans en ressentir forcément la même chose."

Aucun regret

Neuf mois plus tard, l'ancien présentateur d'Ushuaïa se dit toujours convaincu que sa décision était la bonne. "Je n'ai pas de regret, je n'ai pas d'amertume, j'ai une inquiétude et une profonde de tristesse" admet notre invité. Mais qui se console en constatant que son départ a, selon lui, occasionné "ici et ailleurs, un sursaut sur ce sujets là".

"Ce qui aurait été terrible pour moi", conclut l'écologiste, "c'est que ma démission enclenche une sorte de reddition collective. Au contraire, ça a, je pense, généré une espèce de mobilisation."

Dans une longue interview accordée il y a quelques jours au Point, l'écologiste s'était montré légèrement plus virulent à l'égard du pouvoir en place, l'accusant de s'accommoder de "petits pas" en matière lutte contre le réchauffement climatique.

Jérémy Maccaud