Mis à jour le

L'UMP a opté lundi pour le "ni-ni" : ni Front national, ni Front républicain en vue du second tour des élections législatives. Un refus qui prendra tout son sens dans les circonscriptions où un candidat de gauche se retrouve seul en lice face à un candidat d'extrême droite.

Inscrivez-vous à la Newsletter Politique

Newsletter Politique

A voir aussi

Contenus sponsorisés

Votre opinion

Postez un commentaire