BFMTV

Dieudonné et Soral lancent leur parti, "Réconciliation nationale"

Dieudonné et Alain Soral ont décidé d'associer leurs idées, très controversées.

Dieudonné et Alain Soral ont décidé d'associer leurs idées, très controversées. - Olivier Laban-Mattei - AFP

Le duo de polémistes estime que le FN "est entré dans le système". Ils disent vouloir notamment influer sur les candidats aux élections locales.

Le comédien controversé Dieudonné et l'écrivain polémiste Alain Soral, condamnés à plusieurs reprises pour antisémitisme, lancent "Réconciliation nationale", un parti qui se veut antisystème puisque, à leurs yeux, le FN rentre dans le rang. Interrogée, la commission des comptes de campagne et des financements politiques précise cependant qu'à ce stade, elle n'a reçu aucune demande d'agrément d'une association de financement liée à Alain Soral, conformément à la procédure (loi 1988).

Dans une séquence publiée notamment sur le site
egaliteetreconciliation.fr, les deux hommes expliquent qu'ils n'entendent pas se présenter - l'humoriste rappelle être inéligible - mais vouloir "aider les gens" à le faire "un peu partout", particulièrement aux élections locales. Ils s'appuient essentiellement sur Internet pour cela. Sur Dailymotion, la séquence avait été vue 171.650 fois jeudi à la mi-journée.

Ils s'inquiètent en revanche déjà des pressions qu'ils subiront pour se taire, selon eux. Ils montrent ainsi une vidéo dans laquelle le secrétaire d'Etat PS Thierry Mandon souligne dès le 22 octobre la nécessité de vérifier que la création d'un parti par les deux hommes soit bien "conforme au droit". Un autre ministre socialiste, François Rebsamen, assure que la liberté d'expression "s'arrête à Dieudonné".

Le FN a "trahi les idéaux patriotes"

Les deux hommes, qui avaient animé une "liste antisioniste" en 2009, multiplient les allusions à une "élite" juive, montrant des images rassemblant Julien Dray, Daniel Cohn-Bendit ou Jacques Attali.

"On constate que le Front national, après l'éviction de Jean-Marie Le Pen, est entré dans le système, il faut bien qu'il y ait un nouveau parti antisystème" et "ce sera nous", déclare Alain Soral, qui collectionne les condamnations pour diffamation. Marine Le Pen "a trahi les idéaux patriotes de son père", accuse Dieudonné. Après avoir tenté d'influer sur ce parti, ils font un pas de côté, disent-ils. Alain Soral pointe notamment l'eurodéputé et spécialiste de géopolitique Aymeric Chauprade, assurant qu'il les avait "sollicités" mais "dès qu'il a été élu, il a été retourné". "Il faut des méchants", ironise Dieudonné, alors "entre un nazi ("de gauche", glisse Soral) et un primate inculte..."

Autre motivation des deux hommes: "L'incroyable promotion du livre de Zemmour nous a obligés à bouger". L'écrivain assure que 90% du "Suicide français" du journaliste à succès est constitué de son propre opus "Comprendre l'empire". Mais pas ses conclusions: "Zemmour nous prépare une guerre civile" antimusulmans alors que "la question de l'islam radical est une création des manipulations américano-sionistes". Le FN, selon eux, a validé la "ligne Zemmour" afin d'accéder au pouvoir.

A. G. avec AFP