BFMTV

Des situations indécises… et surprenantes

-

- - -

Le Modem n’a pas trouvé d’accord dans certaines grandes villes comme à Strasbourg et s'entre-déchire à Toulouse. A Rennes et Saint-Etienne, il se maintient.

A Saint-Etienne, le Modem a décidé de se maintenir au second tour dans une triangulaire qui l'opposera au PS et à l'UMP. Auteur d'un bon score au premier tour (20,23%), le candidat Modem Gilles Artigues a reconnu avoir eu des discussions, « notamment avec Maurice Vincent », le candidat PS, mais il a finalement décidé de se maintenir. Malgré un score moins bon (10,32%) Caroline Ollivro, candidate Modem à Rennes, a également décidé de se maintenir au second tour.

Pas d'accord à Strasbourg et scission à Toulouse

A Strasbourg, le Modem n'a pas recueilli assez suffrages pour se maintenir au second tour (5,73%). Sa tête de liste Chantal Cutajar a annoncé l'échec des négociations avec Roland Ries, le candidat PS arrivé en tête au premier tour et ne donne pas de consignes de votes pour dimanche.

La situation est plus complexe à Toulouse. En effet, le Modem s'est déchiré sur la question d'une alliance au second tour : la tête de liste Jean-Luc Forget a officiellement rejoint la liste du maire sortant UMP Jean-Luc Moudenc pour le second tour accompagné de neuf personnes du Modem, mais 17 colistiers Modem crient à la « trahison » et leur porte-parole annonce qu'il votera pour le PS.

La rédaction et Pierre Viaud