BFMTV

Des bulletins dans les chaussettes...

BFMTV

A Perpignan, les socialistes, qui ont perdu d’une centaine de voix, accusent le président d’un des bureaux de vote d’avoir caché des bulletins UMP pour les glisser dans une urne.

Le président du conseil général des Pyrénées-Orientales, le socialiste Christian Bourquin, demande l'organisation au mois de juin de nouvelles élections municipales à Perpignan (Pyrénées-Orientales). C'est le maire sortant UMP Jean-Paul Alduy qui a été réélu avec seulement une centaine de voix d'avance sur la liste PS-Modem (dans une triangulaire comprenant également une liste FN).

Mais le président d'un des bureaux de vote de la ville aurait été surpris en train de tenter de glisser dans une urne des bulletins favorables au maire sortant Jean-Paul Alduy (UMP). L'homme, également frère d'un conseiller municipal UMP, conteste les faits. Il a été retenu dans ce bureau de vote d'un quartier populaire du Nord de la ville, puis remis à la police judiciaire par le procureur de la République, venu sur place. Une manifestation de 300 militants socialistes et du MoDem s'est formée devant l'hôtel de ville pour réclamer la démission de Jean-Paul Alduy et de son équipe.

Pour la socialiste Jacqueline Amiel-Donat, ce n'est pas vraiment une surprise. En effet, selon elle, « tout le monde sait à Perpignan qu'il y a toujours des fraudes ». Ce qui l'étonne, « c'est que quelqu'un se soit fait attraper en flagrant délit » mais aussi « le mode fraude : cacher des bulletins et des enveloppes dans les chaussettes et les poches de sa veste ». Elle estime que cela ne se produit « pas que dans ce bureau mais un peu partout » et avoue que « des tas de personnes » l'appellent pour « dire ce à quoi ils ont assisté » tout en réclamant l'anonymat car ils ont « peur ».

La rédaction et Marion Lagardère