BFMTV

Des adhérents LREM saisissent la justice contre les nouveaux statuts du parti

Un collectif d'adhérents du parti présidentiel demande à la justice d'annuler la convocation à l'assemblée générale où doivent être adoptés les nouveaux statuts de la formation politique. Il dénonce le manque de démocratie au sein du parti.

Vent de fronde à La République en marche. Un collectif d'adhérents vient de saisir la justice pour faire annuler la convocation à l'assemblée générale où doivent être adoptés les nouveaux statuts du parti politique qu'ils jugent trop peu démocratiques. Ces dizaines de partisans et animateurs de comités locaux ont déposé un recours en référé devant le tribunal de grande instance de Créteil, dans le Val-de-Marne. pour tenter d'obtenir l'annulation du scrutin. Le vote pour adopter les nouveaux statuts a débuté ce dimanche et doit s'achever le 30 juillet. 

La quarantaine de requérants estime que La République en marche penche vers les travers des "vieux" partis politiques qu'a dénoncé à maintes reprises le président de la République. "Les statuts proposés cantonnent en effet les adhérents à un rôle de supporteur et les excluent de la gouvernance, aussi bien locale que nationale", écrivent-ils, parlant de "verrouillage". Pour exemple, ils citent l'absence des adhérents dans les élections internes, "la majorité des cadres du mouvement étant désignés ou membres de droit".

"On est heureux qu’Emmanuel Macron soit arrivé à l’Elysée, et maintenant que c’est fait on a En Marche! qui décide de changer de statuts, détaille à BFMTV Rémi Bouton, animateur du comité LREM Denfert. On s’est retrouvé avec des statuts, en quelque sorte, imposés par le QG. On a essayé de les avertir, de leur dire qu’on aimerait débattre, c’est la démocratie c’est participatif, et on a eu une fin de non-recevoir."

Travers des "vieux" partis

La grogne est née au sein de La République en marche alors que les délais de consultation des adhérents pour éditer des nouveaux statuts n'auraient pas été respectés. Ces derniers expliquent, dans un communiqué, avoir été informés le 8 juillet dernier qu'ils étaient invités à livrer leurs commentaires sur ces nouveaux statuts entre le 8 et le 13 juillet. "Le texte intégral des nouveaux statuts ne leur a été communiqué que le 16 juillet", regrettent-ils, assurant avoir réclamer à plusieurs reprises un report du vote, en vain.

Les plaignants comptent ainsi s'appuyer devant le tribunal, qui étudiera leur requête mardi à 13h30, sur le non-respect des statuts actuels pour faire entendre leur demande. La convocation à l'assemblée générale aurait dû, estiment-ils, être envoyée un mois à l'avance. Si ce délai peut être réduit à 15 jours en cas d'urgence, celle-ci doit être motivée dans le document. Ce qui n'aurait pas été fait.

"Ce manque de démocratie interne est d’autant plus dénoncé que les nouveaux statuts ont été rédigés dans la précipitation, sans consultation approfondie des militants et sont soumis à leur vote au coeur de l’été", concluent-ils.

Justine Chevalier