Nicolas Hulot et Edouard Philippe en janvier 2018.
 

Si le ministre de la Transition écologique avait mûri sa décision, l'annonce de sa démission s'est faite d'une manière précipitée, surprenant tout le monde. Y compris, sans doute, l'intéressé lui-même qui n'avait pas en tête ce timing.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire