BFMTV

Demande de renvoi d'un élu nationaliste corse en correctionnelle

Le parquet de Marseille a requis le renvoi en correctionnelle du dirigeant nationaliste corse Jean-Christophe Angelini dans une enquête sur des malversations présumées dans une société de sécurité liée à la chambre de commerce d'Ajaccio. /Photo d'archives

Le parquet de Marseille a requis le renvoi en correctionnelle du dirigeant nationaliste corse Jean-Christophe Angelini dans une enquête sur des malversations présumées dans une société de sécurité liée à la chambre de commerce d'Ajaccio. /Photo d'archives - -

MARSEILLE - Le parquet de Marseille a requis le renvoi en correctionnelle du dirigeant nationaliste corse Jean-Christophe Angelini dans une enquête...

MARSEILLE (Reuters) - Le parquet de Marseille a requis le renvoi en correctionnelle du dirigeant nationaliste corse Jean-Christophe Angelini dans une enquête sur des malversations présumées dans une société de sécurité liée à la chambre de commerce d'Ajaccio.

Jean-Christophe Angelini est soupçonné d'avoir voulu fournir un faux passeport à Antoine Nivaggioni, gérant de la Société méditerranéenne de sécurité (SMS), interpellé le 9 janvier 2009 après plus d'un an de fuite, a précisé samedi une source judiciaire, confirmant une information de La Provence.

Une vingtaine de personnes ont été mises en examen dans cette affaire qui devrait être jugée à Marseille fin novembre.

L'instruction est ouverte pour "abus de biens sociaux, faux et usage de faux, escroquerie et favoritisme" présumés dans l'attribution de marchés en faveur de la SMS, notamment par la chambre de commerce de Corse-du-Sud qui est gestionnaire de l'aéroport d'Ajaccio.

Le réquisitoire du parquet parle d'une "reconversion improbable des acteurs de la dramaturgie nationaliste". L'enquête a débouché sur des soupçons de surfacturation pour un montant évalué à plusieurs millions d'euros entre 2003 et 2006.

La société de surveillance aurait également pratiqué des prêts fictifs et octroyé des salaires surévalués à son personnel.

La SMS était chargée, à l'aéroport d'Ajaccio Campo del Oro, du filtrage et de l'inspection des passagers ainsi que des bagages au moment de l'embarquement. Elle avait étendu son activité au continent en enlevant notamment des marchés à l'aéroport de Hyères-Toulon.

Jean-Christophe Angelini, dont la liste régionaliste a obtenu plus de 28% de voix lors du scrutin de mars, a toujours réfuté avoir joué un rôle dans ce dossier.

L'élu corse a été brièvement détenu à la maison d'arrêt de Luynes, dans les Bouches-du-Rhône, pendant une dizaine de jours, à la fin janvier 2008.

Jean-François Rosnoblet, édité par Grégory Blachier