BFMTV

Déficit : le gouvernement doit trouver 7 à 10 milliards d’euros

Le gouvernement doit trouver dans un premier temps 7 à 10 milliards d'euros pour réduire le déficit.

Le gouvernement doit trouver dans un premier temps 7 à 10 milliards d'euros pour réduire le déficit. - -

Le gouvernement Ayrault s’est réuni ce lundi pour établir le projet de budget de l’an prochain et les orientations pour 2013-2015. Pour réduire le déficit de 5,2% en 2011 à 4,5% cette année, le gouvernement a besoin de 7 à 10 milliards d’euros.

Le gouvernement Ayrault était réuni lundi à Matignon, pour un séminaire de près de trois heures. Objectif : établir le projet de budget de l’an prochain et les orientations 2013-2015 pour un retour à l’équilibre en fin de quinquennat. Le gouvernement ambitionne de parvenir à 3% de déficit en 2013. Dans un premier temps, le déficit doit être ramené à 4,5% du produit intérieur brut (PIB) à la fin de cette année, contre 5,2% fin 2011. Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a confirmé lundi que le gouvernement était en quête de 7 à 10 milliards d'euros pour atteindre ce premier objectif.

- 40% en 3 ans sur des aides et des subventions

Plusieurs pistes sont évoquées : pour les particuliers les plus riches, un alourdissement de l'ISF avec une contribution exceptionnelle dès cet été, et une réforme des droits de succession. Les entreprises, elles aussi, devront sans doute mettre la main à la poche, avec la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires, plus une taxe de 3% pour celles qui versent des dividendes. Le projet socialiste pourrait s’appuyer sur une stabilité des effectifs de fonctionnaires, sauf pour l'enseignement, la police, la gendarmerie et la justice. Autres économies probables : une baisse des dépenses d'intervention, c'est-à-dire des aides et des subventions accordées par exemple pour l'agriculture ou pour les transports et qui représentent 40% du budget de l'Etat. Le gouvernement tablerait sur une réduction de 40% sur trois ans.

« Des aides indispensables pour les personnes qui les reçoivent »

Une baisse qualifiée d’« irréaliste » par Henri Sterdyniak, économiste à l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) : « La plupart de ces aides sont indispensables pour les personnes qui les reçoivent, bien sûr on peut essayer de les diminuer quelque peu mais parler de baisse de 40% c’est totalement irréalisable ».

Une réduction « envisageable sur le papier »

Philippe Simonnot, économiste à l’université de Paris X, estime toutefois que « c’est plutôt une bonne nouvelle parce que l’Etat est dans une situation de quasi faillite. Si ce gouvernement annonce qu’il va réduire de 40% les subventions, c’est envisageable sur le papier, maintenant il faut savoir quelles sont les subventions qui vont être supprimées. »

La Rédaction, avec Jean-Jacques Héry