BFMTV

Darmanin estime qu'il n'y a "rien à négocier" avec les fédérations n'ayant pas signé la charte de l'islam

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, le 15 février 2021, à Annemasse

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, le 15 février 2021, à Annemasse - Philippe DESMAZES © 2019 AFP

En janvier, plusieurs association ont refusé, au sein du Conseil français du culte musulman (CFCM), de signer la "Charte des principes de l'islam de France".

Gérald Darmanin prévient les fédérations de mosquées n'ayant pas signé "la charte des principes de l'islam de France" qu'il n'y a "rien à "négocier" avec elles et que l'Etat multipliera les contrôles visant leurs associations religieuses ou leurs écoles hors-contrat.

En janvier, l'association Millî Görüs, le Comité de coordination des musulmans turcs de France et le mouvement Foi et Pratique, proche des prédicateurs rigoristes du Tabligh, ont refusé, au sein du Conseil français du culte musulman (CFCM), de signer la "Charte des principes de l'islam de France".

"Que certaines associations n'aient pas souhaité la signer lève le voile sur le théâtre d’ombres des ingérences étrangères et des mouvements extrémistes qui opèrent sur notre sol", affirme le ministre de l'Intérieur dans un entretien à l'hebdomadaire Le Point jeudi. 

"Il n'y a rien à négocier avec ces gens-là et nous mobiliserons tous les leviers de l'Etat pour empêcher l'installation de ceux qui n'ont pas signé la charte", ajoute-t-il.

"Les contrôles seront très intenses"

"Cela vaut aussi pour les associations éducatives religieuses ou les écoles hors contrat", a précisé Gérald Darmanin, "il serait inimaginable que ces dernières puissent prétendre à des agréments sans avoir ratifié la charte, les contrôles seront très intenses".

"Les gens qui se livrent à des ingérences étrangères ou qui encouragent l'islam politique auront de très gros problèmes, qu'ils s'attendent à avoir l'Etat sur leur dos matin, midi et soir", prévient-il.

Fortement poussée par Emmanuel Macron pour lutter contre le "séparatisme", la charte dénonce notamment "l'instrumentalisation" politique de l'islam et proscrit "l'ingérence" d'Etats étrangers dans le culte.

Gérald Darmanin, qui a demandé aux préfets d'organiser prochainement des "assises territoriales avec les acteurs de l'islam", précise que ces dernières devront avoir lieu "d'ici le 31 mai 2021", selon une circulaire transmise à l'AFP. Les comptes-rendus de ces travaux devront être remis au ministre le 1er juin.

"Favoriser l’émergence de collectifs représentatifs du culte musulman au niveau territorial", est un point sur lequel insiste Gérald Darmanin.

Des "assises territoriales avec les acteurs de l'islam" à venir

Le ministre demande aux préfets une discussion "approfondie" en particulier sur "la formation des cadres religieux (imams, prédicateurs, enseignants de théologie, responsables associatifs…)" et de promouvoir les dispositifs profanes formant notamment aux questions de laïcité. Il souhaite aussi voir évoqués "la gouvernance des lieux de culte et le financement du culte", selon la circulaire.

"Un travail suivi de pédagogie et d’écoute" leur est également demandé, au sujet du projet de loi "confortant le respect des principes de la République", visant à la lutte contre le "séparatisme", actuellement examiné au Sénat.

Ces assises se tiendront en visio-conférence. 

Elles "vont permettre la départementalisation de l'islam de France, qui jusqu'à présent était plutôt organisé au niveau national ou régional, faisant la part belle à des gens qui n’étaient pas toujours très représentatifs", affirme le ministre au Point.

L'association Millî Görüs est au cœur d'une polémique autour du possible financement du chantier de sa mosquée par la mairie de Strasbourg.

C.M. avec AFP