BFMTV

Darcos : « Ils défilent pour des bobards »

-

- - -

La réforme de Xavier Darcos inquiète professeurs, élèves et parents. Le ministre de l'Education Nationale tente de calmer la tempête et (re)présente ses projets. Peu de changements à l'en croire.

Hier, professeurs, élèves et parents manifestaient dans les rues partout en France, allant jusqu'à occuper certains établissements. Xavier Darcos, ministre de l'Education Nationale, ce matin en direct sur RMC, leur répond.

« Je dis l'inverse de la rue »

Loin de nier l'ampleur des contestations à ces réformes, le ministre de l'Education Nationale en dénonce les arguments : « Je ne comprends pas qu'on organise une partie de cette agitation à partir de désinformation, de gros mensonges, de bobards. Des gens défilent en disant "le ministre veut supprimer la maternelle", au moment où je dis exactement l'inverse... » Aurait-on mal compris Xavier Darcos ? Se voulant rassurant, Xavier Darcos défend point par point les grandes lignes de sa réforme. A l'en croire, pas d'inquiétude, rien ne va vraiment changer. Tout est affaire de mots...

La maternelle : « Aucune différence »

Depuis ses propos cet été sur la fonction des enseignants de petite maternelle, qui selon se résume « à changer des couches », Xavier Darcos n'a pas ces derniers dans la poche. Mais le ministre tient à les rassurer, ainsi que les parents : « Il n'y aura aucune différence. La maternelle à la rentrée prochaine sera la même qu'aujourd'hui : nous accueillerons tous les enfants de 3 ans, sans exception. Et nous accueillerons les enfants plus jeunes, là où c'est possible ou nécessaire. »

Une nouvelle seconde « à choix multiples »

Mardi prochain, Xavier Darcos présentera la réforme de la classe de seconde en détails, et notamment les nouveaux programmes. Il adressera aussi une lettre à tous les parents qui ont un enfant en classe de troisième, ainsi qu'aux principaux et proviseurs « pour qu'ils connaissent la réforme, (...) ils verront en particulier que ceux qui s'inquiètent (...) d'une diminution de l'offre éducative se trompent ».

L'année sera divisée en 2 semestres : « Au bout de 6 mois, si l'élève ne va pas bien, il pourra changer de matières [ndlr : pour les enseignements complémentaires] », se réjouit Xavier Darcos.

La moyenne des heures d'enseignement sera diminuée : de 35 heures hebdomadaires de cours en moyenne, on passera à 30, avec, précise le ministre :

« - un tronc commun de 21 heures d'enseignements généraux : français, maths, histoire-géographie, science expérimentale, éducation physique et sportive, 2 langues vivantes et peut-être de l'économie.

- deux modules semestriels de 6 heures, à choisir dans 4 matières : économie et gestion, une 3ème langue vivante, une langue ancienne, un renforcement en maths, en français... » Et Xavier Darcos justifie la mise en place de ces modules : « Aujourd'hui presque 20% des élèves de seconde redoublent. Parce qu'ils n'ont pas fait le bon choix et ne peuvent pas être récupérés.

- et enfin, 3 heures de soutien pour ceux qui en ont besoin ; les autres faisant de l'approfondissement. »

Première et Terminale : « Le Bac ne changera pas »

Même si les changements ne sont pas prévus pour la prochaine rentrée 2009, les classes de première et de terminale pourraient aussi être "relookées". Mais Xavier Darcos reste sur ce point très prudent : « On retrouvera toujours les mêmes dominantes : professionnel, technologique, littéraire, économique et scientifique. Mais nous poursuivrons sur l'idée d'un accompagnement plus personnel, à côté des heures de cours. Je ne prévois pas de mutation brutale. Le baccalauréat restera ce qu'il est aujourd'hui. »

Juliette VINCENT-Bourdin & Co