BFMTV

Danièle Obono tente d'éteindre la polémique après ses propos sur Houria Bouteldja

La députée de la France insoumise à l'Assemblée le 26 juillet 2017.

La députée de la France insoumise à l'Assemblée le 26 juillet 2017. - JACQUES DEMARTHON / AFP

La députée de La France insoumise élue à Paris, Danièle Obono, est vivement contestée après avoir notamment qualifié dimanche de "camarade" la porte-parole du Parti des Indigènes de la République. Ce lundi, sur Facebook, la parlementaire a publié une mise au point.

Pour tenter d'apaiser la polémique qu'elle a déclenchée ce dimanche, la députée insoumise élue à Paris, Danièle Obono, a publié ce lundi une mise au point dans laquelle elle prend nettement ses distances avec le Parti des Indigènes de la République (PIR).

La veille, au micro de Radio J, la parlementaire avait pourtant défendu la porte-parole de ce parti qui prétend lutter "contre toutes les formes de domination impériale, coloniale et sioniste qui fondent la suprématie blanche à l’échelle internationale". Ainsi, interrogée au sujet de Houria Bouteldja, Danièle Obono a déclaré:

"Houria Bouteldja, je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'elle dit, mais c'est une militante antiraciste (...) Je considère Houria Bouteldja comme une camarade, parce qu'elle fait partie de ce mouvement-là. Et dans ce mouvement-là, on se bat sur la question de l'égalité". 

Obono cherche à calmer le jeu 

Si le PIR est un groupuscule peu connu, Houria Bouteldja est régulièrement contestée pour ses déclarations, dont certaines ont été considérées comme homophobes, racistes ou antisémites. Danièle Obono a eu à donner son avis sur l'une d'entre elles, en l'occurrence un propos tenu par Houria Bouteldja assurant lors d'une conférence à Oslo en mars 2015: "Les juifs sont les boucliers, les tirailleurs de la politique impérialiste française et de sa politique islamophobe". Invitée à dire si elle jugeait cette sortie raciste, Danièle Obono a évacué: "Je ne sais pas". En revanche, la députée a souligné qu'une photo montrant Houria Bouteldja à côté d'une pancarte énonçant "les sionistes au goulag" était "inacceptable". 

Malgré cette réserve, sa "camaraderie" affichée avec Houria Bouteldja a vite suscité des remous, jusque dans les rangs de La France insoumise. Danièle Obono a donc tenté ce lundi d'éteindre l'incendie politique sur son compte Facebook. Dans un long message, elle y dit:

"Je combats toutes les formes de discriminations, vous me trouverez toujours en première ligne dans les luttes pour l’égalité, contre toutes les oppressions, contre toutes les formes de racismes, contre l’antisémitisme, contre l’homophobie…"

"Je suis en profond désaccord avec les thèses du PIR"

Si elle ne cite pas Houria Bouteldja, l'ancienne militante du NPA s'en prend à la formation de cette dernière: "Je ne suis pas et n’ai jamais été membre du PIR. Je suis en profond désaccord avec leurs thèses." En conclusion, elle ajoute: "Je ne refuserai jamais le débat argumenté et contradictoire, mais je refuse que tout propos nuancé devienne motif de provocation."

Jean-Luc Mélenchon laisse deviner le fond de sa pensée

L'intervention de Danièle Obono fait-elle suite à un recadrage discret de Jean-Luc Mélenchon? Si celui-ci ne s'est pas exprimé directement sur la question, le président du groupe des Insoumis à l'Assemblée nationale a laissé transpirer le fond de sa pensée sur son compte Facebook, en partageant un article écrit en 2016 par le politologue, désormais proche de La France insoumise, Thomas Guénolé, accablant pour Houria Bouteldja.

Robin Verner