BFMTV

Croissance zéro: la droite tire à boulets rouges sur le gouvernement

Le secrétaire général par intérim de l'UMP, Luc Chatel, le 14 juillet 2014, à Paris.

Le secrétaire général par intérim de l'UMP, Luc Chatel, le 14 juillet 2014, à Paris. - Thomas Samson - AFP

L'économie de la France a calé au deuxième trimestre, un résultat inférieur aux attentes du gouvernement et de l'opposition, qui a fustigé "l'échec" de François Hollande et Manuel Valls.

Le gouvernement plus que jamais dans le viseur de l'opposition. De nombreuses voix se sont élevées à droite, ce jeudi matin, pour réagir à la publication des mauvais chiffres de la croissance française, par l'Insee. Avec une croissance à zéro, un PIB en stagnation et un investissement des entreprises en net recul, la France voit en effet la quasi totalité de ses signaux passer au rouge. Pour l'opposition, il ne s'agit ni plus ni moins que d'un échec du gouvernement.

"Changer de logiciel"

Ainsi, pour le secrétaire général par intérim de l'UMP, Luc Chatel, la "crédibilité politique" de François Hollande et Manuel Valls est directement impactée, et s'est même "effondrée tel un château de cartes". Evoquant "une crise sans précédent des finances publiques dans notre pays", Luc Chatel préconise au chef de l'Etat et à son Premier ministre de "changer de logiciel". "Ils raisonnent en responsables politiques du XXe siècle, d'avant la crise: nous ne sommes pas dans un cycle et il ne suffit pas d'attendre, en croisant les doigts, l'effet d'entraînement d'une reprise économique venue d'ailleurs: la promesse d''inversion de la courbe du chômage en 2013' relevait très précisément de cette profonde erreur d'analyse", justifie le député de la Haute-Marne, dans un communiqué.

Le résultat de l'"inaction" du gouvernement

Pour l'ancien ministre du Budget, Eric Woerth, les chiffres alarmistes de ce jeudi sont "le fruit de l'inaction" du gouvernement. "Nous disions au gouvernement depuis pas mal de temps que son budget était faux, que le déficit était sous estimé, qu'il fallait prendre des mesures plus fortes, mais il n'entendait pas", a souligné l'ancien ministre sur BFMTV, évoquant une "nouvelle extraordinairement inquiétante pour la France". "Le gouvernement doit accélérer, il doit tout changer, il doit aller plus fort. Il est, depuis deux ans, en train de faire ce qu'il a défait. Il y a une inconstance dans la politique du gouvernement qui créé un manque de confiance absolu de la part de tous les acteurs économiques", a estimé Eric Woerth. 

Une "accumulation d'échecs économiques"

Même son de cloche du côté du vice-président de l'UMP et député de la Haute-Loire, Laurent Wauquiez, qui demande à ce que "le gouvernement arrête de raconter n'importe quoi". "Depuis deux ans, ce gouvernement accumule les échecs économiques: sur le déficit, sur l'emploi et aujourd'hui encore sur la croissance alors que le 14 juillet le président de la République annonçait la reprise", a ainsi déclaré Laurent Wauquiez, sur RTL.

"C'est un échec du gouvernement", juge pour sa part le président de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, Gilles Carrez, interrogé sur BFMTV. "Nous sommes scotchés à zéro depuis pratiquement un an. Le gouvernement a pris de très mauvaises décisions en 2012, juste après les élections. On paye aujourd'hui ces décisions qui ont constitué à augmenter les dépenses, à très fortement augmenter les impôts. (...) Quand on fait des erreurs de navigation aussi graves, on le paye".

A.S.