BFMTV

Crise de sous-marins: Nicolas Sarkozy apporte son soutien à Emmanuel Macron

Crise de sous-marins: Nicolas Sarkozy apporte son soutien à Emmanuel Macron

Crise de sous-marins: Nicolas Sarkozy apporte son soutien à Emmanuel Macron - BFMTV

L'ex-chef de l'Etat a apporté son soutien à son successeur sur la crise des sous-marins. Nicolas Sarkozy n'a pas mâché ses mots concernant la rupture inopinée du "contrat du siècle" par les Australiens et les Américains.

L'ancien président Nicolas Sarkozy a apporté son soutien, ce mardi, à la réaction d'Emmanuel Macron quant à la crise diplomatique sans précédent qui fait trembler les relations entre Français, Australiens et Américains ces derniers jours. "Le président Macron a eu raison de réagir fermement", a déclaré devant la presse l'ancien chef de l'exécutif.

La décision reflète la colère de l'Elysée, qui ne redescend pas. Des états d'âme partagés par Nicolas Sarkozy: "Entre alliés, ça ne se fait pas. C'est inadmissible. Quand on est amis, cela donne des droits et crée des devoirs ", a-t-il appuyé.

"C'est un raisonnement à très courte vue"

Un peu plus tard dans l'après-midi de ce mardi, l'ancien président français n'a pas édulcoré ses critiques envers le chef de l'Etat fédéral américain, Joe Biden :

C’est un raisonnement à très courte vue, parce qu’ils pensent avoir gagné sur un contrat mais ils ont beaucoup perdu sur le long-terme et sur la confiance, sans laquelle on ne construit rien

Les relations internationales traditionnellles, y compris la vieille amitié liant France et Etats-Unis, doivent être interrogées, selon Nicolas Sarkozy, qui n'hésite pas à taxer d'hypocrisie Joe Biden : "Que veulent-ils faire des alliances avec l'Europe en général et avec la France en particulier ? Il faut profiter de cette crise qui est juste de la part de la France."

Pour rappel, les rapports entre ces pays alliés se sont tendus à un niveau inédit à la suite de la rupture surprise d'un contrat d'une valeur de 50 milliards d'euros passée entre la France et l'Australie, portant sur la vente d'une série de sous-marins. Fait rarissime, les ambassadeurs avaient été rappelés pour consultation.

Hugo Roux