BFMTV

Covid-19: pour Macron, la France est devenue "une nation de 66 millions de procureurs"

Le président de la République a défendu l'action de l'exécutif, tout en repoussant les nombreuses critiques formulées à cet égard.

Une petite phrase qui risque de faire couler de l'encre. Emmanuel Macron a regretté ce jeudi la "traque incessante de l'erreur" en France, devenue "une nation de 66 millions de procureurs", lors de l'annonce à Saclay d'un plan d'investissement national dans les technologies quantiques.

Dans une allusion aux nombreuses critiques sur la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement, le chef de l'État a également estimé que "celui qui ne fait pas d'erreur, c'est celui qui ne cherche pas, qui ne fait rien ou qui mécaniquement fait la même chose que la veille", lors d'un discours sur le plateau de Saclay.

Vantant un plan d'investissement national de 1,8 milliard d'euros dans les technologies quantiques, il a estimé que "cette stratégie assume la part de risques et d'erreurs."

"Ce n'est pas comme ça qu'on fait face à la crise"

"Et je le dis parce que ce qui va avec la défiance française c'est aussi cette espèce de traque incessante de l'erreur. C'est-à-dire nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs. Ce n'est pas comme ça qu'on fait face à la crise ou qu'on avance", a dénoncé Emmanuel Macron.

"Nous avons besoin d'avoir des femmes et des hommes qui cherchent, qui ont la capacité à inventer ce qui n'est pas encore perceptible et à se tromper pour pouvoir corriger le plus vite possible et s'améliorer. C'est ça ce qui fait une grande nation", a-t-il développé, ajoutant que "nos erreurs sont ce qui nous apprend le plus".

Le chef de l'État a estimé que "l'un des problèmes de la France c'est la défiance", "largement documentée par beaucoup de chercheurs". "Moi je crois qu'on y arrive par la confiance", a-t-il poursuivi, insistant aussi sur la nécessité de "toujours continuer à regarder l'horizon et préparer le lendemain" car "sinon nous subirons les crises à venir".

L'opposition agacée

Depuis le début de la crise du Covid-19, l'exécutif a été très critiqué sur sa gestion de l'épidémie, notamment sur les masques, les tests et désormais la campagne de vaccination, jugée trop poussive au démarrage.

Les réactions aux propos d'Emmanuel Macron ne se sont pas fait attendre. Sur BFMTV, le député Les Républicains des Bouches-du-Rhône Éric Diard s'est déclaré "choqué" par les mots du chef de l'État.

"Je trouve que les Français sont plutôt indulgents. Les Français ne sont pas dans la rue, les Français acceptent des mesures très difficiles de restriction des libertés, des privations (...). Je trouve que les Français sont très résilients, on ne peut plus parler de 'gaulois réfractaires', je parlerais de 'gaulois résilients'", a tancé le député.

"Que le président de la République dise que 'l'opposition ne nous entend pas', c'est le jeu politique, mais on ne peut pas s'en prendre à tous les Français", a-t-il ajouté.

Clarisse Martin avec AFP Journaliste BFMTV