BFMTV

Covid-19: Macron assure que "notre campagne de vaccination se déroule au rythme qui était prévu"

Le chef de l'État à l'Elysée ce mardi soir.

Le chef de l'État à l'Elysée ce mardi soir. - TF1

Emmanuel Macron a défendu le rythme de la campagne vaccinale européenne et française contre le coronavirus. Selon lui, tous les Français qui le souhaitent pourront se faire vacciner d'ici l'été.

Le chef de l'État a fait part de sa volonté d'accélérer le rythme de production de vaccins contre le Covid-19, lors d'une interview accordée à TF1 et LCI ce mardi soir, assurant toutefois que "la stratégie vaccinale se déroule au rythme qui était prévu". Il a précisé que l'Europe avait "sécurisé" la fourniture d'une total de "2,3 milliards" de doses". "Nous espérons faire encore plus", a-t-il aussi lancé.

Un vaccin pour tous d'ici "la fin de l'été"

Lors de cet entretien depuis le palais de l'Élysée, Emmanuel Macron a aussi promis un vaccin pour "tous les Français qui le souhaitent" "d'ici la fin de l'été", conformément à ce qu'avait annoncé Olivier Véran au mois de janvier.

Le ministre de la Santé avait alors annoncé que la France serait en mesure de vacciner toute la population "d'ici fin août". Emmanuel Macron a aussi estimé que, "début mars" auront été vaccinés les 80% des pensionnaires des Ehpad qui le souhaitent, soit 500.000 personnes.

Il a également répété vouloir améliorer la capacité de production française de vaccins. Pour ce faire, il a annoncé que quatre sites de production allaient ouvrir en France entre fin février et début mars, demanière à produrie le vaccin plus vite. Enfin, il a appelé à anticiper et à "prévoir dès maintenant les doses nécessaires pour l'automne prochain".

Le vaccin russe, ce n'est "pas une décision politique"

À l'image de son homologue allemande, le chef de l'État n'a pas fermé la porte à l'utilisation du vaccin russe Spoutnik V, si une demande d'homologation était transmise à l'Agence européenne du médicament (EMA), et si celle-ci validait le vaccin.

"Pour qu'un vaccin soit autorisé, il faut qu'il soit homologué", a-t-il rappelé. "Nous ne pouvons pas le distribuer en France tant que le producteur russe n'a pas soumis une autorisation de mise sur le marché. À la mesure où il le déposera, les autorités le regarderont de manière scientifique et indépendante. Ce n'est pas une décision politique mais scientifique", a déclaré Emmanuel Macron. 

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV