BFMTV

Covid-19: Blanquer exclut "a priori" l'annonce mercredi de mesures concernant l'école

Jean-Michel Blanquer

Jean-Michel Blanquer - Thomas Coex

Ce mardi soir, sur RTL, le ministre de l'Education nationale a écarté la possibilité d'entendre Emmanuel Macron annoncer des mesures visant les écoles, les collèges et les lycées lors de son entretien télévisé de mercredi soir.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a exclu mardi "a priori" l'annonce par Emmanuel Macron de mesures concernant les écoles, collèges et lycées lors de son interview mercredi, au cours de laquelle il pourrait annoncer des mesures plus strictes contre le Covid-19. "Dans les écoles, collèges et lycées, la situation est sous contrôle", a affirmé le ministre, interrogé sur RTL

Selon les derniers chiffres disponibles, 24 structures scolaires sont actuellement fermées (sur plus de 60.000) en raison de cas de coronavirus, a-t-il dit. Interrogé pour savoir si de nouvelles mesures concernant les écoles seraient annoncées par Emmanuel Macron, qui doit s'adresser aux Français pour leur demander un véritable changement de comportement, il a répondu: "a priori non". "Depuis la rentrée, les choses sont maîtrisées", a-t-il insisté.

Pas de dédoublement des classes

Jean-Michel Blanquer a aussi indiqué que le protocole allégé dans les écoles mis en place fin septembre pour limiter le nombre de fermetures de classes serait normalement maintenu après les vacances de la Toussaint. Pour Jean-Michel Blanquer, la situation actuelle n'exige pas de dédoubler les classes et d'organiser la prise en charge d'une partie des élèves par les collectivités locales, un scénario pourtant évoqué en cas de circulation très active du virus. "Il faudrait des contaminations encore plus importantes" avant une telle décision, a-t-il dit.

Le ministre a par ailleurs été interrogé sur un article du site Reporterre selon lequel les masques de la marque Dim distribués aux enseignants par le ministère seraient traités à la zéolithe d'argent, un biocide considéré comme toxique.

"C'est une information surprenante qui mérite une vérification", a répondu Jean-Michel Blanquer.

R.V. avec AFP