BFMTV

Confinement: Macron critiqué après avoir provoqué un attroupement en Seine-Saint-Denis

Emmanuel Macron à Pantin (Seine-Saint-Denis) le 7 avril 2020

Emmanuel Macron à Pantin (Seine-Saint-Denis) le 7 avril 2020 - Gonzalo Fuentes / Pool / AFP

En déplacement ce mardi à Pantin, le chef de l'État s'est retrouvé dans la rue au contact de plusieurs personnes sans respecter les règles de distanciation sociale.

L'image fait réagir sur les réseaux sociaux. En déplacement ce mardi à Pantin en Seine-Saint-Denis, l'un des départements les plus touchés par l'épidémie de nouveau coronavirus, Emmanuel Macron a remercié les habitants qui respectent le confinement avant de partir se rendre à La Courneuve.

Une dizaine d'habitants se sont alors regroupés dans la rue, sans qu'aucune distanciation sociale ne soit respectée entre eux, devant le chef de l'Etat pour le saluer ou le prendre en photo. Le président de la République leur a alors demandé à plusieurs reprises de s'éloigner pour éviter cet attroupement, sans succès.

Une scène jugée "consternante" par la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen.

"A Pantin, des habitants agglutinés sans aucun respect du confinement ni de la distanciation sociale, et cela devant le président de la République. C'est absolument consternant," s'épanche la députée du Pas-de-Calais.

Le porte-parole de Debout la France Benjamin Cauchy déplore quant à lui un "bain de foule sans masques".

Le député LFI Bastien Lachaud estime pour sa part que le président de la République "met en danger les habitants pour un coup de comm. Grotesque."

Situation paradoxale pour le chef de l'État

Un attroupement jugé "néfaste en terme de communication" par l'éditorialiste Anna Cabana. 

"Cela renvoie un signal qui n’est pas du tout celui du discours porté par l’exécutif à savoir la distanciation sociale et le respect strict du confinement".

Un discours qui doit s'appliquer à tous et donc aussi président de la République. "Ce sont des images un peu gênantes [...] un quasi-bain de foule pas très bienvenu", observe Bruno Jeudy. 

Mais l'exercice présidentiel s'apparente à celui d'un équilibriste, tant celui-ci doit tout de même s'afficher au front de cette crise sanitaire. Un vrai paradoxe.

"Il doit montrer qu’il est là, sur le terrain et qu’il est au contact des Français, qu’il n’est pas le président enfermé dans une tour d’ivoire. C’est capital dans ce temps là", ajoute Anna Cabana.
dossier :

Emmanuel Macron

Hugues Garnier