BFMTV

Confinement éventuel à Paris: Hidalgo et Grégoire d'accord sur le fond, pas sur la forme

Anne Hidalgo et Emmanuel Grégoire, en juin 2019 lors d'une conférence de presse consacrée à la question des trottinettes à Paris

Anne Hidalgo et Emmanuel Grégoire, en juin 2019 lors d'une conférence de presse consacrée à la question des trottinettes à Paris - Jacques Demarthon - AFP

Sur le fond, la maire de Paris reste globalement proche des déclarations de son premier adjoint, ne voulant plus de couvre-feu à 18 heures, et pas du confinement le week-end.

Le premier adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire a relativisé vendredi, face aux critiques, la proposition d'un confinement de trois semaines dans la capitale, l'élargissant à la "zone dense" francilienne. "Ce n'est pas une demande de notre part, mais simplement une hypothèse que nous souhaitons mettre sur la table" a affirmé l'adjoint. Il a tempéré ses déclarations de jeudi soir, lorsqu'il a proposé un confinement de trois semaines avec "la perspective de tout rouvrir" à son issue, y compris bars, restaurants et lieux culturels.

Selon des informations de BFMTV, cette modération expresse, quelques heures après sa première prise de parole, a été réclamée par la maire de la ville Anne Hidalgo.

"Il l'a peut-être dit maladroitement"

"Son expression était un peu à l'emporte-pièce. C'est la maire qui lui a demandé de rétropédaler", déclare à BFMTV un proche de l'édile socialiste. "Il l'a peut-être dit maladroitement. Il aurait peut-être fallu dire qu'on n'est pas pour le couvre-feu, pas pour un confinement le week-end et qu'on ne veut pas non plus rester dans la situation actuelle. Il aurait peut-être dû le dire comme ça."

Deux sources proches de l'hôtel de ville confirment la ligne actuelle: la mairie ne souhaite plus rester dans cette situation, après 140 jours de couvre-feu qui "transforment les Parisiens en acteurs économiques métro-boulot-dodo mais sans grande efficacité". Selon elles, "c'est le pari d'Emmanuel Macron du mois de janvier qui a l'air de ne pas fonctionner", et il faut mettre en place d'autres mesures.

Sur le fond, la direction actuelle reste donc proche des premières déclarations d'Emmanuel Grégoire: la mairie est contre un confinement le week-end, et plutôt pour un confinement strict de plusieurs semaines, avec écoles ouvertes, selon les informations de BFMTV.

"On ne veut pas finir comme Dunkerque et Nice"

Seule l'idée que tous les commerces et restaurants pourraient ouvrir à nouveau après trois semaines de confinement est clairement discutée. "Je ne crois pas à la réouverture tout de suite derrière un confinement. Pas avant mai-juin", souffle un proche de la maire.

Ce qui est certains, c'est qu'à Paris, "on ne veut pas finir comme à Dunkerque et à Nice, avec aucune garantie que le confinement le week-end fonctionne", explique-t-il.

Anne Hidalgo rencontrera les maires d'arrondissement en visioconférence dès ce lundi afin de mettre en place une stratégie et de calmer les esprits. Une réunion avec le préfet de Paris devrait suivre, pour prendre les mesures adaptées.

Perrine Vasque avec Salomé Vincendon