BFMTV
Politique

Comment son duel avec François Hollande avantage Emmanuel Macron

Emmanuel Macron et François Hollande dans la cour d'honneur de l'Élysée.

Emmanuel Macron et François Hollande dans la cour d'honneur de l'Élysée. - CRÉDITERIC FEFERBERG / AFP

En plus de servir à marquer sa rupture avec le précédent quinquennat, le duel entretenu entre Emmanuel Macron et François Hollande permet au chef de l'Etat de gêner la reconstruction du Parti socialiste.

"Hollande est en légitime défense et Macron en légitime défiance." La formule, signée de l'ancien premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, résume un duel de plus en plus musclé. Depuis son arrivée à l'Élysée, Emmanuel Macron semble prendre le contre-pied systématique de son prédécesseur, provoquant l'agacement de ce dernier.

"Les critiques de l’exécutif contre le 'budget insincère' laissé par leurs prédécesseurs, par exemple, ou le fait que l’amélioration de la situation économique soit imputée au seul Macron, sont comme des chiffons rouges agités sous son nez", confirme au Monde l'ancien conseiller Bernard Poignant. 

Il s'agit, selon Jean-Christophe Cambadélis, de marquer la rupture entre les deux quinquennats: "Tout gage donné au régime précédent serait un affaiblissement, il ne peut pas être dans la continuité."

Le chat et la souris

En pleine opération de séduction du centre droit, instaurer une tension avec l'ex président, quitte à donner dans le "Hollande bashing", est avantageux à tous points de vue pour Emmanuel Macron. 

"Hollande n’a pas de pouvoir de nuisance, sauf peut-être à l’intérieur du PS. À chaque fois qu’il critique Macron, il rappelle aux Français combien les choses ont changé. En réalité, ça aide plus Macron que ça ne le gêne", analyse dans Le Monde un proche lieutenant du chef de l'Etat.

Il s'agit, aussi, de maintenir un François Hollande impopulaire sous les projecteurs pour contenir le Parti socialiste. "C’est le meilleur moyen d’empêcher le PS de se reconstruire en dehors de Hollande!", s'étrangle un "quadra" socialiste pressé de tourner la page du quinquennat. 

Ce jeu du chat et de la souris pourrait-il mal tourner pour le président de la République? Aucune chance, à en croire un visiteur du soir de l'Élysée:

"En six mois, Macron a tué le match face à Hollande. Il a gagné la première bataille essentielle, celle de l’incarnation présidentielle, qui a été le centre de l’échec de Hollande."

Louis Nadau