BFMTV

Claude Chirac: "Pour les chiraquiens, Juppé est le choix de l'évidence"

Claude Chirac le 21 novembre 2013 au musée du quai Branly, à Paris.

Claude Chirac le 21 novembre 2013 au musée du quai Branly, à Paris. - Jacky Naegelen - AFP

Pour la fille de Jacques Chirac, le choix est clair, et c'est le même que celui de son père: elle soutient Alain Juppé dans la course à la présidence.

Tel père, telle fille. Dans la course à la présidence de l'UMP, voire à la présidence de la République en 2017, Claude Chirac a décidé de soutenir… Alain Juppé. "Pour les chiraquiens, Juppé est le choix de l'évidence", explique-t-elle au Nouvel Observateur. Une façon d'enfoncer le clou, après le soutien de son père au maire de Bordeaux 

La semaine passée, la bataille médiatique a été rude pour le couple Chirac, en désaccord sur la personnalité à soutenir pour 2017. Un désaccord dont se serait bien passée leur fille, ancienne du cabinet de son père, et qui "n'exclut pas" de s'engager personnellement pour 2017.

"La voix de Jacques Chirac porte encore"

Bernadette Chirac a affiché à plusieurs reprises son soutien à Nicolas Sarkozy, en taclant Alain Juppé au passage: "vous le trouvez chaleureux, vous? Il est froid et n'attire pas les gens", a-t-elle lancé. Nicolas Sarkozy, lui, est "talentueux", selon l'ex-première dame. "Juppé peut courir avant de faire des succès" comme ceux que Nicolas Sarkozy a vécu lors de ses grands meetings de campagne en 2007.

Agacé, Jacques Chirac, que l'on dit affaibli, a confié au Figaro que son choix se portait sur "le meilleur d'entre nous" pour 2017, à savoir Alain Juppé. "Si j'en avais l'énergie, j'aurais déjà réservé ma place, même une petite, à son QG", a confié Jacques Chirac. Il n'en a pas fallu plus pour exposer au public les divergences qui existent au sein du couple. Jacques Chirac, pas d'accord avec son épouse? "C'est la seule bonne nouvelle de cette petite affaire: sa voix porte encore loin", analyse Claude Chirac.

A. K.