BFMTV

Claude Bartolone élu au perchoir

-

- - -

Claude Bartolone, député PS de Seine-St-Denis, est devenu mardi après-midi le nouveau président de l'Assemblée nationale, après avoir été élu sans surprise face au président sortant UMP, Bernard Accoyer.

Sans surprise, Claude Bartolone a été largement élu mardi après-midi au poste très convoité de président de l'Assemblée nationale, par 298 voix sur 540 votants (pour un total de 577 députés). Député socialiste de Seine-St-Denis, Claude Bartolone devient à 61 ans le 4e personnage de l'Etat. Il a bénéficié de la défaite aux législatives de Ségolène Royal, à qui le perchoir avait été promis. Dans ce vote à bulletins secrets, Claude Bartolone n'avait qu'un seul candidat face à lui: l'UMP Bernard Accoyer, président sortant de l'Assemblée, n'a recueilli que 185 voix. Il ne pouvait espérer un seul instant être réélu, compte tenu du nouvel équilibre des forces dans l'hémicycle. Claude Bartolone a bénéficié des voix du PS, des divers gauche et du Front de Gauche. L'UMP a soutenu Bernard Accoyer, mais le nouveau groupe centriste de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) avait indiqué qu'il voterait blanc.

Les écologistes ont boudé

Dans la majorité, les députés écologistes eux aussi ont décidé de voter blanc, pour protester contre le refus du PS de leur accorder la présidence de commission qu'ils réclamaient.
«Au vu du mode de gestion de la majorité en ce début de législature, nous votons blanc», a indiqué à l'AFP le président du groupe écologiste, François de Rugy. Le PS a en effet refusé d'accorder aux écologistes la présidence de la commission du Développement durable de l'Assemblée. Au total, 55 députés ont voté blanc, soit quasiment 10% de l'hémicycle. Le scrutin a duré une heure, pendant laquelle les 577 députés ont été appelés un à un, par ordre alphabétique, à venir déposer leur bulletin dans une urne installée à la tribune. Une première étape avant d'entamer l'examen des premiers textes du quinquennat Hollande.

Un moment émouvant

A 15 heures, le député UMP François Scellier, 76 ans, avait proclamé l'ouverture de cette première séance de la 14e législature, en sa qualité de doyen d'âge de l'Assemblée.
«Je rends hommage à ma maman, qui vient d'avoir 100 ans et qui me regarde à la télévision», a déclaré François Scellier lors d'une brève allocution applaudie dans l'hémicycle. «Le temps des débats électoraux est désormais achevé. Réunis en Assemblée nationale, dans un paysage politique bouleversé, nous voilà tous sur le seuil d'une nouvelle mandature, prêts à remettre l'ouvrage sur le métier», a-t-il souligné. Pour cette première séance, le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, était assis à côté de Gilbert Collard. «Lui qui ne voulait pas que j'entre au Parlement, il est assis à côté de moi», s'est réjoui le député apparenté FN, en voyant dans ce rapprochement «un signe du destin». «Moi qui ne joue jamais au Loto, je n'ai vraiment pas gagné», a rétorqué Jean-François Copé. A l'annonce des résultats, la majorité des députés se sont levés pour applaudir le nouveau président. Pour son premier discours de président de l'Assemblée, Claude Bartolone, visiblement ému, a rendu hommage à ses prédécesseurs de gauche comme de droite.

La Rédaction avec AFP