BFMTV

Chômage : F. Hollande recadre M. Valls

François Hollande à Milan le 8 octobre.

François Hollande à Milan le 8 octobre. - Alain Jocard - AFP

En déplacement à Milan, le président a estimé que le moment n'était pas choisi pour évoquer la réforme de l'indemnisation chômage. Un désaccord politique avec Manuel Valls.

La bonne entente affichée entre François Hollande et Manuel Valls en a pris un coup mercredi. Alors que le Premier ministre assure depuis quelques jours que la réforme de l'indemnisation chômage n'est pas un sujet tabou, le chef de l'Etat, à Milan mercredi pour un sommet sur l'emploi des jeunes, a recadré son Premier ministre.

Devant la presse, François Hollande a estimé que le moment n'était pas choisi. "Il y a suffisamment de sujets pour que nous soyons bien occupés et que nous montrions que nous faisons des réformes utiles à l'emploi", a-t-il affirmé. "La seule réforme pour moi qui compte, c'est celle qui peut apporter plus d'emplois", a ajouté le chef de l'Etat. "On ne fait pas des réformes pour des réformes, on fait des réformes pour qu'il y ait plus de croissance et plus d'emplois, notamment pour les jeunes".

"Il n'y a pas de sujet"

Un recadrage tout en allusions de la part de François Hollande. Mais plus tard, son entourage du président a été plus direct, en précisant que "si la question est de savoir s'il y a une négociation sur l'assurance chômage, la réponse est non." "En l'état actuel des choses, il n'y a pas de sujet. Ce n'est pas parce qu'on a un problème de dépenses publiques qu'on va inventer des trucs qui n'existent pas".

Un pas vers la rupture entre le chef de l'Etat et le chef du gouvernement? "Tout ça, c'est de la blague", a réagi Manuel Valls à Valenciennes. "Ne nous ramenez pas à cela".

Lundi à Londres, le Premier ministre avait estimé, selon des propos rapportés par la presse, que la question du montant et de la durée de l'indemnisation du chômage devait "être posée". Mercredi à l'Assemblée nationale, il a jugé "légitime" un débat sur "l'efficacité et l'équité" du système d'assurance chômage, mais en renvoyant ce débat aux négociations prévues en 2016.

A. K.