BFMTV

Cet appel pour une candidature de François Hollande que des députés ne signent pas

François Hollande s'est lancé dans la campagne mais ses partisans peinent à rassembler (photo d'illustration)

François Hollande s'est lancé dans la campagne mais ses partisans peinent à rassembler (photo d'illustration) - Philippe Wojazer - AFP

Depuis septembre et le discours de Wagram, les soutiens de François Hollande s'organisent. Mais la publication d'un appel à soutenir une candidature du chef de l'Etat en 2017 a dû être reportée, faute de signatures de parlementaires.

Certains de ses supporters ne lâchent pas. Pourtant, l'appel de soutien de parlementaires socialistes à une candidature de François Hollande a dû être reporté. D'abord attendu début octobre, il ne verra finalement pas le jour ce mois-ci.

"Il y a des dizaines de députés qui devaient le signer et qui ne signent pas", confie-t-on à l'Elysée auprès de L'Opinion

Hollande abandonné? 

Parmi les soutiens du chef de l'Etat, l'ambition était pourtant de se mettre en "ordre de bataille dans la perspective d'une candidature en décembre", comme l'assurait Didier Guillaume fin septembre à Libération. Avec pour cible les députés, mais aussi des conseillers régionaux et départementaux ainsi que des maires. Une "cellule riposte" a même été mise en place en septembre, avec pour objectif de défendre le bilan du chef de l'Etat. 

Mais depuis la sortie du livre Un président ne devrait pas dire ça... de David Lhomme et Gérard Davet la donne a changé. Avec ces confidences, un fidèle compagnon du Président estime qu'il "s'est suicidé". Ses plus fervents supporters s'interrogent. 

De rares soutiens fidèles

Jean-Christophe Cambadélis s'est dit "étonné et déboussolé" après la publication du livre de confidences. Claude Bartolone allait jusqu'à s'interroger auprès de La Provence: "Je me pose des questions sur sa volonté (...) Il y a grand besoin d'explication pour comprendre s'il veut vraiment être candidat". 

Mais certains de ses rares soutiens continuent de défendre son bilan et de se projeter en 2017. Parmi eux, Pierre Jouvet qui avait envoyé un SMS aux cadres du PS appelant au soutien d'une candidature de François Hollande. Mais aussi Didier Guillaume, le président du groupe socialiste au Sénat et Bruno Le Roux chef de file des députés SRC (Socialiste, républicain et citoyen). 

Si seulement quelques supporters du chef de l'Etat lui restent fidèles, ceux de Manuel Valls s'organisent. D'après RTL, même le camp Hollande est à la recherche d'un candidat alternatif qui pourrait être le Premier ministre ou Emmanuel Macron. 

M.L.