BFMTV

Ces sportifs candidats aux Régionales

-

- - -

Du sport à la politique, il n'y a qu'un pas. Que certains ont franchi, pour ses élections régionales, ou bien avant. Petit tour d'horizon de ces sportifs candidats dans vos régions.

[Retour au sommaire]

Depuis de nombreuses années, les sportifs de haut niveau s'engagent en politique. Pour ces régionales de mars prochain, certains sont novices, d'autres plus expérimentés... Pourquoi sont-ils sollicités ? Tout simplement parce que leurs exploits sportifs ont fait rêver, ils ont une image et de la notoriété... Généralement, ils sont chargés de la vie associative, des sports ou de la solidarité.

Abati au PS, Douillet à l'UMP et Chamack au Modem

Pour ce scrutin, les sportifs sont nombreux à tenter l'aventure au PS : la nageuse Roxana Maracineanou dans les Hauts-de-Seine, l'ancien footballeur Patrick Revelli dans la Loire, ou le handballeur Joël Abati en Languedoc-Roussillon...
Pour l'UMP, on parie sur un ancien judoka : David Douillet s'est engagé aux côtés de Valérie Pécresse en Ile-de-France.
Et puis, il y a le cas Marouane Chamack. Le footballeur des Girondins est en 13e position sur la liste Modem de Jean Lassale. Mais il n'a pas caché qu'il aurait pu se retrouver sur celle de l'UMP ou du PS. Avant de rectifier dans la foulée, « je ne l'ai pas fait car j'ai des opinions ».

Codorniou, fidèle au rugby et à Frêche...

L'ancien international de rugby, Didier Codorniou conduit la liste Georges Frêche dans le département de l'Aude. Agé de 50 ans, maire (PS) de Gruissan, il n'a pas caché sa déception quand il a été exclu par le bureau national du PS en raison de son soutien à Georges Frêche : « Quelle que soit la sanction, elle est inacceptable. Je n'ai pas besoin d'une carte pour revendiquer mon appartenance et ma sensibilité à gauche et donc au PS. Je suis peiné par ce parti ».

La rédaction, avec Jean-Wilfrid Forquès