BFMTV

Cérémonies du 8-Mai: l'Association des maires de France demande aux élus de déposer une gerbe

Les cérémonies sous l'Arc-de-Triomphe le 8 mai 2019.

Les cérémonies sous l'Arc-de-Triomphe le 8 mai 2019. - BFMTV

Le gouvernement a annoncé que les cérémonies du 8-Mai, qui célèbrent l'Armistice de 1945, seraient limitées cette année en raison de la crise sanitaire. Seule une commémoration parisienne a été annoncée pour l'instant.

Polémique autour des cérémonies du 8-Mai. L'Association des maires de France a invité ce lundi chaque maire à déposer seul une gerbe au pied du monument commémoratif de la commune à l'occasion des 75 ans de la capitulation des nazis en 1945. Un geste pour respecter le devoir de mémoire malgré les restrictions liées à la crise sanitaire.

Ce moment de recueillement devra se faire "sans rassemblement ni autre manifestation publique", en compagnie d'un unique porte-drapeau désigné par les associations d'anciens combattants, précise l'AMF dans un communiqué.

Minute de silence

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière l'annulation des cérémonies du 8-Mai. La secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, avait estimé vendredi qu'"il n'est pas question de créer des regroupements composés bien souvent majoritairement d'anciens combattants et de porte-drapeaux". Cette décision avait été vivement critiquée par des élus et des associations d'anciens combattants. 

Dimanche, l'Elysée était en partie revenu sur sa décision en indiquant que "les cérémonies du 8 mai seront maintenues, à Paris et en province mais dans un cadre aménagé, permettant de rendre hommage à nos anciens tout en préservant leur sécurité, et sans public pour des raisons sanitaires". "Il faut toujours que la sécurité médicale prime et donc il faudra, si ces cérémonies s'organisent, qu'il y ait le respect des gestes barrières des distances, de protection, etc.", a rappelé lundi la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye sur Franceinfo.

"Sans méconnaître les nécessaires mesures de précaution qui s'imposent à tous et auxquelles les maires apportent leur concours le plus actif, il serait contraire au respect dû à la mémoire des combattants et des victimes de cette guerre que chaque commune de France ne puisse s’associer à cet hommage", plaide l'AMF. Les habitants pourront "être invités à observer au même moment une minute de silence depuis leur domicile et, dans la mesure de leurs moyens, à le pavoiser".
Justine Chevalier avec AFP