BFMTV

"C'est lui qui est venu m'annoncer la mort de mon père": l'hommage très personnel de François Baroin à Jacques Chirac

François Baroin et Jacques Chirac

François Baroin et Jacques Chirac - PATRICK KOVARIK / AFP

Le maire de Troyes François Baroin rend hommage à Jacques Chirac, mort ce jeudi. Il revient sur la place très particulière de l'ancien président dans sa construction personnelle et politique.

"Je le pleure comme un fils". C'est par ces mots très intimes que le maire de Troyes François Baroin rend aujourd'hui hommage à l'ancien président Jacques Chirac, mort ce jeudi à l'âge de 86 ans.

"Je me souviens se sa main imposante posée sur ma tête, de son regard intense et bienveillant, de ses appels téléphoniques des dimanches soirs, de tous ces gestes ordinaires qui au fil du temps ont tissé une intimité attentive et respectueuse", témoigne le dernier ministre de l'Intérieur de la présidence Chirac.

Une intimité fruit d'une fidèle relation d'amitié entre l'ex-président et son père, l'ancien haut-fonctionnaire Michel Baroin, "née sur les bancs de Sciences-Po dans les années 50."

Présent dans les épreuves

"Nous ne nous sommes jamais quittés et Jacques Chirac a toujours été présent lorsque les épreuves ont touché ma famille", raconte ainsi François Baroin. 

Au milieu des années 80, alors que Jacques Chirac vient de faire son retour à Matignon, François Baroin perd en l'espace de 10 mois sa soeur, dans un accident de la circulation, et son père, dans un crash d'avion au Cameroun. 

"Un mercredi soir d'hiver 1987, c'est lui, Premier ministre, qui est venu m'annoncer la mort de mon père et après un discours bouleversant devant son cercueil m'a promis qu'il trouverait toujours le temps nécessaire pour moi. Cette promesse fut tenue et au-delà."

Un mentor en politique

Cette filiation prend, par la suite, un tour politique quand François Baroin accède à 29 ans à peine au poste de porte-parole du premier gouvernement Juppé après la victoire de Chirac à la présidentielle de 1995. 

"Je lui suis aussi infiniment redevable de m'avoir fait confiance en me donnant mes premières responsabilités ministérielles, en me transmettant sa passion pour nos compatriotes des outre-mer et le destin de leurs territoires", poursuit le maire de Troyes.

Il restera le plus jeune membre d'un gouvernement de la Ve République jusqu'à la nomination de Gabriel Attal au poste de Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse.

François de La Taille