BFMTV

Boutin : « Financièrement, les gens sont fragiles toute l'année »

-

- - -

La ministre du logement, Christine Boutin explique son nouveau credo : pas d'expulsion sans relogement. Les préfets ont désormais l'obligation de mettre en place des commission départementales de prévention.

Christine Boutin, vous annoncez qu'il n'y aura pas d'expulsion sans relogement... ça mérite explication :
« Il y a une loi de 1990 qui avait fait la trêve hivernale : du mois de novembre au 15 mars, il n'était plus possible de mettre à la rue, les personnes en indélicatesse de paiement de logement et pour lesquelles il y avait un jugement de tribunal. Je pense que le problème de la fragilité des gens, quelque soit cette fragilité financière de paiement de loyer, ne doit pas simplement être prise en compte pendant l'hiver, mais toute l'année. C'est la raison pour laquelle j'ai mis en place, auprès des préfets, l'obligation de proposer une solution de remplacement quand il y a un impayé de loyer. Le préfet est dans l'obligation de vous proposer un relogement ou l'intermédiation locative. C'est introduit dans la loi qui vient d'être voté sur le logement : c'est la possibilité pour une association (ou les bailleurs sociaux) de se substituer au locataire défaillant vis-à-vis du propriétaire pour payer le loyer et suivre la famille pour l'aider, que le propriétaire soit privé ou public. Ce que j'ai mis en place et qui devient obligatoire, ce sont les commissions départementales de prévention à l'expulsion, mise en œuvre par le préfet (dans la marne, il ya déjà des commissions qui marchent). Il y aura ainsi deux traitements selon que vous êtes de bonne foi ou de mauvaise foi. Pour les personnes de mauvaise foi, il est proposé un hébergement... mais ces personnes sont très peu nombreuses. »

Mais et les propriétaires, qui louent leur bien, qui ont besoin de ce loyer... Et qui ont un locataire qui ne paie pas son loyer... On leur dit qu'il ne pourra plus être expulsé ?
« Mais votre loyer va continuer à être payé par l'association. La personne qui sent qu'elle va avoir des difficultés pour payer son loyer, il faut qu'elle s'adresse à la préfecture, à la commission de prévention qui va l'aider à trouver une solution. Par le biais d'une association (aidée par l'Etat) qui va se substituer à elle pour payer le loyer car il ne s'agit pas de mettre en difficulté les petits propriétaires qui ont besoin de leur loyer pour pouvoir assurer leur propre budget familial. Vous savez, à toute chose malheur est bon. Le plan de relance m'a donné des moyens financiers que je n'avais pas avant et qui permettent de pouvoir répondre à cela. »

La rédaction