BFMTV

Besancenot : « L’eau, le plus gros scandale de ces municipales »

BFMTV

Olivier Besancenot, interviewé par Jean-Jacques Bourdin, a expliqué le rôle que tiendront les conseillers municipaux LCR.

Jean-Jacques Bourdin : Que vont faire les conseillers municipaux de la LCR élus, un peu plus de 70 je crois ?

Olivier Besancenot : Visiblement un peu plus de 70, on verra ce qu'il se passe au deuxième tour. Je crois qu'ils vont continuer à faire ce que faisaient déjà les anciens, c'est-à-dire être autant de délégués du personnel au sein des institutions municipales, qui grâce à leur indépendance, vont tenir le même discours quand ils seront face aux habitants que quand ils seront sur les bancs des institutions municipales, qui vont expliquer aux habitants ce qui se trame dans les conseils municipaux souvent contre eux. Ils vont reléguer, au sein du conseil municipal, des campagnes que l'on va continuer à mener, qu'on a mis en avant à l'échelle locale sur des logements sociaux, sur les transports publics qu'on propose de généraliser, et aussi la question de l'eau qui est peut être le plus gros scandale de ces élections municipales. Il faut savoir qu'il y a une spécificité en France, qui fait que 85% des usagers sont devenus des clients parce qu'on a privatisé l'eau, ça nous distingue de la planète toute entière, et c'est ça qui explique l'écart entre les prix d'une commune à une autre. Nous on propose de re-municipaliser l'eau, d'en faire un service public, parce que pour nous c'est un patrimoine commun de l'humanité, et ça c'est directement du domaine des compétences des pouvoirs publics, puisque dans le prochain mandat, il doit y avoir 60% des contrats qui doivent être ou non renouvelés. Nous, on propose de retirer ça du domaine des multinationales.

La rédaction-Bourdin & Co