BFMTV

Besancenot : « Construire une autre gauche »

BFMTV

Le porte-parole de la LCR, invité sur RMC mardi 11 mars, a défini les deux gauches qu’il voit émerger après les municipales.

Jean-Jacques Bourdin : Le PS va-t-il devoir choisir selon vous dans les mois qui viennent ?

Olivier Besancenot : Je pense que ça va être la grande problématique de sa recomposition politique en effet, et je crois qu'une gauche finalement sociale libérale va progressivement s'assumer de plus en plus jusqu'à chercher à fusionner de façon complète, avec ou sans élection, avec le Modem. D'où l'urgence de construire une autre gauche. Je crois que c'est le bilan qui va se tirer aussi de ces élections municipales : construire ce dont a besoin la gauche radicale, c'est à dire d'un nouveau parti.

Jean-Jacques Bourdin : On se dirigerait, selon vous, vers une scission, avec d'un côté, une partie du Parti Socialiste qui retrouverait le Modem, et de l'autre côté, toute la Gauche qui ne veut pas d'alliance avec le Modem ?

Olivier Besancenot : Je ne parlerai pas de scission, je crois qu'il va y avoir une polarisation politique à Gauche. Je crois que la plupart des courants du Parti Socialiste ont choisi l'orientation du Parti Socialiste : il y a des discussions entre eux sur les rythmes d'alliances avec le Modem mais globalement, c'est un peu ça la musique que j'ai tendance à entendre ces derniers temps. Je crois qu'il y a finalement deux grandes orientations politiques à gauche qui vont se dessiner : cette orientation là et une autre orientation, anti-capitaliste, anti-libérale, internationaliste, qu'on n'est pas les seuls à représenter à la LCR, et c'est pour ça qu'on a pensé que la LCR n'était peut être pas l'outil politique le plus adéquate pour regrouper tous ceux là et qu'on veut en construire un autre avec d'autres. Depuis maintenant plusieurs semaines, et c'est ça qu'on va généraliser après les élections municipales, c'est construire des collectifs, des comités d'initiatives pour ce nouveau parti, qui regroupe des militants de la LCR, mais aussi des militants d'autres organisations et même des gens sans organisation politique.

La rédaction-Bourdin & Co