BFMTV

Bernard Tapie annonce son retour en politique

Interrogé dans Le Parisien, l'ex-homme d'affaires et ancien ministre Bernard Tapie a annoncé sa décision de réintégrer le Parti radical de gauche (PRG) comme militant de base. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Interrogé dans Le Parisien, l'ex-homme d'affaires et ancien ministre Bernard Tapie a annoncé sa décision de réintégrer le Parti radical de gauche (PRG) comme militant de base. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau - -

PARIS - L'ex-homme d'affaires et ancien ministre Bernard Tapie annonce sa décision de réintégrer le Parti radical de gauche (PRG) comme militant de...

PARIS, 15 mai (Reuters) - L'ex-homme d'affaires et ancien ministre Bernard Tapie annonce sa décision de réintégrer le Parti radical de gauche (PRG) comme militant de base.

Il précise dans Le Parisien, publié samedi, avoir pris l'engagement de "ne plus accepter de fonctions importantes, comme député ou ministre."

Eddie Ait, président du groupe PRG au Conseil régional d'Ile-de-France, a toutefois appelé Bernard Tapie à "renoncer à son amitié malsaine" avec Nicolas Sarkozy, dont il avait soutenu la candidature à la présidentielle de 2007.

"Je demande à Bernard Tapie de clarifier son positionnement. Au moment où les Français souffrent, rien ne serait pire qu'un ralliement de circonstance. Je lui demande de renoncer à cette amitié malsaine", déclare-t-il dans un communiqué.

Eddie Ait souligne que le PRG est "clairement ancré à gauche" et que son opposition au gouvernement de François Fillon "est totale".

Bernard Tapie, qui est devenu acteur, a été relaxé en avril de faits de banqueroute datant de 1994 et a ainsi soldé ses comptes avec la justice française.

Il avait rejoint les radicaux de gauche en 1993 alors qu'il était ministre de la Ville de François Mitterrand et sa liste Energie radicale avait obtenu 12,5% aux européennes de 1994.

Dans Le Parisien, Bernard Tapie justifie son retour chez ses anciens amis par la passion de la politique, mais aussi par la crise.

"Tous les relais d'opinion nous expliquent à longueur de discours que tout est fichu, qu'il n'y a plus d'espoir", explique-t-il.

"C'est vrai que le monde traverse une crise extrêmement dure, mais moi, qui ai vécu des galères depuis quinze ans, je peux vous assurer que ce n'est pas ce langage qu'il faut tenir, d'abord parce qu'il est faux et ensuite parce qu'il est non productif", ajoute-t-il.

Parallèlement, Bernard Tapie annonce son come-back dans le monde des affaires puisqu'il lance avec son fils Laurent un signe de vente en ligne "militant", c'est à dire engagé dans la défense des consommateurs.

"Ces ventes flash concernent l'équipement de la maison, les produits personnels comme l'habillement ou les accessoires, les voyages et les loisirs. L'idée, c'est de négocier des grosses quantités directement auprès des fournisseurs, ce qui nous permet de faire des rabais", explique-t-il.

Gérard Bon, édité par Pascal Liétout